La ville de Blois vous en dit plus

Val de Loire
Mercredi 20 février 2019 Min Max 14°
Coeur de ville
Espace famille
Eau de Blois
Vos quartiers Quartier Est Quartier Nord Quartier Ouest Quartier Centre Quartier Sud
Facebook Twitter Vimeo
Dailymotion Youtube Flux RSS
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris. Générer un PDF

Nouveau quartier Gare : pensé pour y vivre

Le quartier de la Gare a commencé sa mutation. À terme, de nouveaux logements, bureaux, commerces, services et locaux universitaires s’articuleront autour du parvis entièrement repensé comme une respiration.

Le parvis de la gare prochainement réaménagé (illustration non contractuelle, © germe&JAM architecture)

Voir l'image en grand Projection aérienne du parvis de la gare (illustration non contractuelle)L’aménagement du quartier de la gare est sur les rails : la nouvelle phase de travaux a démarré en juillet 2018. A terme, le secteur arborera un tout nouveau visage. Le parvis sera entièrement réaménagé, un parking sera créé, la circulation des piétons, des vélos, des voitures, des taxis et des transports en commun sera repensée, des bâtiments seront érigés, qui accueilleront des logements, des activités tertiaires, des commerces, des services ou encore des locaux universitaires.

Le quartier trouvera une nouvelle identité conforme à sa qualité d’entrée de ville et à sa position névralgique, à cinq minutes du chevet Saint-Vincent à l’est, et du rond- point Médicis à l’ouest. Les trois secteurs font d’ailleurs l’objet d’une réflexion commune. À ce titre, la Sem est en charge de mener toutes les études nécessaires à la réalisation des projets, d’acquérir, de viabiliser et de revendre le foncier aménagé à des opérateurs pour que ces derniers réalisent le programme défini par la collectivité. Le premier acte de cette convention a été la reconversion du secteur de la Chocolaterie.

« Aujourd’hui, l’objectif est de reconstituer un véritable quartier de vie autour de la gare », explique le maire, Marc Gricourt. L’opération répond aux enjeux de reconstruction de la ville sur elle-même et de reconversion des friches, dans la même logique, par exemple, que ce qui a été réalisé au Jeu de Paume et alentours. Avec pour avantage une situation exceptionnelle. « Il est rare de bénéficier d’un foncier aussi important en cœur de ville », souligne Marc Gricourt. « Nous pouvons envisager un programme complet comprenant tout à la fois des logements pour accueillir de nouveaux habitants et des locaux pour de l’activité. »

Un parvis en forme de respiration

Voir l'image en grand Illustration non contractuelleD’ici 2020, le parvis de la gare entièrement repensé offrira un bel espace ouvert sur le nouveau quartier dont il constituera le cœur.

En novembre, les travaux ont commencé par la création de la rue Florimond de Beaune, au bout de laquelle sera aménagé un parking provisoire d’une capacité équivalente à celui actuel. Ceci dans le but d’anticiper l’aménagement du parvis de la gare, qui débutera en 2019 pour s’achever début 2020. « La transformation sera totale », explique Christine Chevrier, responsable de l’urbanisme opérationnel à la Ville. « Le parvis repensé constituera une véritable respiration pour les usagers de la gare, et plus généralement du quartier. »

Réservé aux piétons et aux cyclistes, l’espace ne sera plus envahi par les véhicules (hormis ceux de secours et de sécurité). Les taxis et les autocars utiliseront la nouvelle gare routière de la rue Germaine Tillion, ainsi qu’un chenal aménagé le long du parvis, et les autres automobilistes emprunteront la rue Florimond de Beaune. Un dépose-minute sera matérialisé dans le triangle situé à gauche de la gare. Grâce à ces nouvelles dispositions, le trafic sur le secteur sera fluidifié.


Un projet polymorphe

Tel que le relève Christophe Froger, responsable du projet chez 3Vals Aménagement, « le maître mot de l’opération est la mixité ». Le premier volet est celui de l’habitat, l’objectif étant d’attirer de nouveaux résidents en centre-ville. « Aujourd’hui, le parc est essentiellement constitué de petits logements. Il existe un décalage entre l’offre et les aspirations des familles qui souhaitent habiter en centre- ville », explique Marc Gricourt. « Nouscomptons répondre à leurs besoins par la production de logements neufs ou la remise sur le marché de logements vacants. »

Le second volet du programme est celui de l’activité. Plusieurs îlots ont été fléchés pour accueillir des bureaux et des commerces, en complémentarité avec le centre-ville, en particulier le projet du carré Saint-Vincent. Enfin, le troisième volet est celui de l’enseignement, très présent au niveau de la Chocolaterie. Le prochain gros chantier, qui commencera au début du printemps 2019, consistera d’ailleurs en la construction d’une nouvelle tranche de locaux pédagogiques destinés à l’INSA sur la plateforme de la gare. L’opération est donc polymorphe, en lien avec l’atout majeur que représente la possibilité de profiter des différents modes de transports qui convergent vers la gare.

Bientôt les premiers bâtiments

Plan non contractuel

Le premier bâtiment à sortir de terre, qui fera face à la rotonde de la passerelle, en angle, sera destiné à l’INSA. Il offrira 1 500 m2 de locaux dédiés à l’enseignement et à la vie étudiante. Le permis de construire a été délivré à la fin de l’année 2018, et les travaux de viabilisation du terrain, démarrés en septembre, sont déjà bien avancés. Le dessin de l’ouvrage a fait l’objet d’un concours d’architecture. Le jury, a désigné le Cabinet Fauvel comme équipe de maîtrise d’œuvre du projet. La construction du bâtiment débutera au printemps 2019, et devrait être terminée à la fin 2020.

Consécutivement, la parcelle située face au parvis de la gare sera libérée en décembre 2020, puis viabilisée, avec pour objectif d’être vendue à un promoteur immobilier. Elle accueillera des logements, quelques commerces et, au rez-de-chaussée, une « Maison des mobilités » – en lien avec le Plan Climat- air-énergie territorial (PCAET) qui comporte des objectifs de report modal de la voiture vers les transports en commun. « Le but est de rendre accessible et compréhensible par tous l’offre des mobilités sur le territoire à travers un lieu unique et central d’information intermodale, multimodale et multiservices, tel qu’il en existe souvent autour des gares », explique Christine Chevrier, responsable de l’urbanisme opérationnel à la Ville. Cette Maison des mobilités pourrait regrouper l’accueil Azalys, un espace destiné aux cyclistes et cyclotouristes, ou encore – c’est en réflexion – une billetterie SNCF régionale. Dans l’idéal, la construction du bâtiment dans lequel elle prendra place débutera en 2020, pour se terminer avant la fin de l’année 2021.

Une longue réflexion

Comme tenu de son envergure, le projet de réaménagement du quartier de la gare est de longue haleine. La première étape a consisté pour l'aménageur à acquérir les terrains appartenant à la SNCF, opération dont les prémices remontent à une dizaine d'années et qui s'est étalée jusqu’à juillet 2017.

Parallèlement, il y a eu la destruction de la halle Sernam, la réhabilitation par la SNCF du bâtiment voyageurs de la gare, l'aménagement de l'îlot Ducoux (qui accueille des logements universitaires, des services et des bureaux), et la construction de la passerelle surplombant les voies, pour répondre aux obligations de dessertes et d'accessibilité, et faciliter la liaisons piétons-cyclos entre les quartiers nord et ouest et le centre-ville. Il s'agissait également de permettre l'ouverture de la gare sur l'ouest de la ville (accès et stationnement, sans avoir à franchir les ponts Butte et Gambetta).

En outre, le projet tel qu'il se présente aujourd'hui est le fruit d'une longue réflexion ayant about à la production d'un schéma directeur définissant les surfaces à construire, la destination de chaque secteur et la forme urbaine du projet, de la voirie au stationnement, en passant par la circulation, les espaces publics ou encore la sortie des usagers de la gare.

Début 2018, l’aménageur a effectué des études de maîtrise d’œuvre pour la réalisation de la première tranche de travaux, soit la rue Florimond de Beaune (voir plan page suivante). « Il s’agit d’une part de créer cette rue et d’autre part d’aménager des parkings provisoires en bout de voie pour libérer le parvis de la gare en vue de son aménagement », explique Christophe Froger. Ces travaux, qui ont commencé en novembre, se poursuivront en 2019.

Une opération « à tiroirs »

Une fois la rue Florimond-de-Beaune terminée, le chantier se déplacera sur sa voisine, la rue Germaine-Tillion — qui, à terme, sera réservée au trafic lié à la gare routière — puis sur le parvis de la gare. Ces travaux ne devraient pas durer plus d'un an et demi.

Il s'agira ensuite de déplacer au fond de la parcelle ferroviaire les bureaux et ateliers encore occupés par les équipes de la SNCF, afin notamment de libérer le bâtiment situé à côté de la rotonde de la passerelle, et de construire sur cet emplacement un parking de 220 places, sur deux niveaux.

En attendant, le stationnement se fera sur l'espace aménagé à cet effet dans la boucle entre les rues Florimond-de-Beaune et Germaine-Tillion.

À mesure que les îlots seront aménagés et vendus, de nouveaux bâtiments viendront enrichir ce quartier d'avenir, s'articulant autour de la gare et de son parvis entièrement repensé comme un espace ouvert offrant à l'ensemble une véritable respiration.

Dates clés

  • Juillet 2018 :
    début des travaux de viabilisation du nouveau terrain de l’Insa
  • Novembre 2018–2e trimestre 2019 :
    première tranche de travaux, rue Florimond-de-Beaune
  • Décembre 2018 :
    obtention des permis de construire pour la construction de locaux pédagogiques sur le site de la gare et l’extension du site actuel de l’Insa
  • 1er trimestre 2019 :
    travaux de confortement du haut du talus rue Florimond-de-Beaune
  • Février 2019 à fin 2020 :
    construction des locaux pédagogiques de l’Insa
  • 2019–2020 :
    suite des travaux de la première tranche, rue Germaine-Tillion et réaménagement du parvis de la gare
  • 2020 :
    vente du premier îlot viabilisé à un promoteur immobilier, jsute en face du parvis de la gare
  • 2020–2021 :
    construction du premier bâtiment face au parvis de la gare avec du commerce, des services et du logement

Ville de Blois - Plan du site

Découvrir Blois

Cadre de vie

Enfance, jeunesse & vie étudiante

Culture & tourisme

Sports & loisirs

Économie & commerces

Solidarité & santé

Vie municipale

Démarches en ligne

Participer

Les essentiels

Les quartiers

Ville de Blois - Hôtel de Ville - 9 place Saint Louis - 41000 Blois Tél. 02 54 44 50 50 Fax. 02 54 74 23 69 Crédits et mentions légales Contact