La ville de Blois vous en dit plus

Val de Loire
  • Entretien des routes : comment la Ville priorise ses interventions

    Découvrez la carte de l’état des routes qui permet à la Ville de prioriser et programmer les travaux.

Arrêter le défilement des actualités Lancer le défilement des actualités
Dimanche 19 août 2018 Min 16° Max 29°
Coeur de ville
Espace famille
Eau de Blois
Vos quartiers Quartier Est Quartier Nord Quartier Ouest Quartier Centre Quartier Sud
Facebook Twitter Vimeo
Dailymotion Youtube Flux RSS
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris. Générer un PDF

Entretien des routes : comment la Ville priorise ses interventions

Voir l'image en grandC’est pour optimiser l’entretien des routes que la Ville a fait réaliser un diagnostic et défini une stratégie avec des critères lui permettant de prioriser et de programmer les travaux à réaliser. Explications.

L’entretien des voiries n’est pas un long fleuve tranquille. C’est une mission d’intérêt général qui doit à la fois tenir compte de l’usage de chaque voirie, de son état et du budget imparti pour les travaux : un équilibre parfois délicat. Pour prioriser les travaux sur ses infrastructures routières, la Ville de Blois a voulu définir une politique d’entretien afin de conserver au maximum les chaussées en bon état.

5,8/10

Les sollicitations des usagers sont en augmentation : courriers, réunions de quartier, permanences des élus ou sollicitations directes sur le terrain traduisent une forte attente concernant l’état des voiries. Aussi, il importait de connaître plus précisément et objectivement l’état du patrimoine routier afin de pouvoir juger du niveau des travaux à engager. Avec Agglopolys et la commune de La-Chaussée-Saint-Victor, la Ville a fait réaliser en 2017 un diagnostic sur l’état des routes qui établit le niveau de dégradation de chaque voie située sur la commune. Cet état des lieux se traduit sous forme d’une carte ci-dessus, dont les couleurs indiquent l’état de la route : vert (bon), jaune (moyen), orange (mauvais), rouge (très mauvais). Pour les voies communales de Blois, le diagnostic aboutit à une note moyenne globale de 5,8 sur 10. 45 % des chaussées sont considérées comme étant en bon état et 25 % sont en mauvais voire en très mauvais état. Ce diagnostic doit être mis à jour au moins une fois par an afin de conserver une vision objective de l’état des chaussées.

Vous avez dit mauvais état ?

La dégradation de la chaussée est essentiellement due aux sollicitations répétées des poids lourds : chaque passage de camion ou de bus use l’enrobé et abîme la chaussée car le passage d’un poids lourd équivaut au passage de 500 000 à 1 million de véhicules légers. Alors la chaussée se déforme et se fissure ; puis l’eau s’infiltre, ce qui accroît la dégradation, au même titre que le gel. La nature des travaux à engager dépend bien sûr du niveau de dégradation de la chaussée mais aussi de son usage. Une voirie où passent de nombreux poids lourds nécessite des couches d’enrobés plus nombreuses et plus épaisses, ce qui coûte plus cher !

Quelle stratégie à Blois ?

La stratégie d’entretien des chaussées retenue associe la volonté de développer l’entretien préventif des voiries dont l’état est bon (45 % des routes) ou moyen (30 %) à une programmation sur plusieurs années des investissements lourds pour la réfection des chaussées fortement dégradées. C’est un compromis qui permet de maîtriser les budgets en anticipant la dégradation des chaussées et d’avoir une plus forte capacité d’investissement et une bonne visibilité des travaux de réfection totale programmés sur plusieurs années. Car il faudrait consacrer aujourd’hui 30 millions d’euros pour refaire toutes les chaussées : c’est-à-dire n’engager aucun autre projet pendant deux ans, puisque le budget d’investisse-ment total de la Ville est d’environ 15 millions d’euros par an.

Comment ça se passe

Chaque année, un programme d’interventions est établi en fonction du niveau de dégradation des chaussées mais aussi en tenant compte de leur usage, tout en veillant à l’équilibre entre les différents quartiers de Blois. A l’automne, les services de la Ville établissent des propo-sitions pour l’année suivante, sur la base d’une note d’orientation budgétaire. Ces propositions sont arbitrées par les élus. Le budget est ensuite voté en fin d’année. La mise en œuvre des travaux se fait progressivement dans l’année, en veillant à limiter la gêne pour les usagers, mais aussi en tenant compte des conditions météorologiques. Enfin, il faut coordonner les travaux avec ceux des concessionnaires de réseaux (eau, électricité, gaz et téléphone) pour éviter de creuser une tranchée sur une chaussée qui vient d’être réhabilitée !

Quels travaux programmés pour 2018 ?

La Ville a prévu en 2018 des travaux de réhabilitation totale sur une partie des voies suivantes :

  • rue de la Quinière
  • rue de la Mare
  • rue Albert 1er
  • rue d’Auvergne : travaux réalisés par Agglopolys qui se chargera aussi de la réfection d’autres voiries d’intérêt communautaire comme la rue Louis-Joseph-Philippe et le carrefour des rues de Châteaudun/Schuman/Industrie.

En parallèle, seront assurés des travaux d’entretien plus légers assurés par les agents municipaux ou confiés à des entreprises (rebouchage de fissures et de nids de poules) pour prévenir des dégradations plus importantes.

Voir l'image en grand

Une portion de la rue d’Auvergne (entre l'avenue Maunoury et la rue d'Alsace-Lorraine) sera refaite cet été pour un budget de 235 000 €.

Chiffres clés

La voirie à Blois, c’est :

  • près de 200 km de voirie, dont 40 km d’intérêt communautaire gérés par Agglopolys
  • plus de 700 000 m² de trottoirs
  • 8 600 points lumineux (candélabres, par exemple)
  • 54 carrefours à feu
  • 250 km de signalisation
  • 10 150 panneaux de signalisation
  • 3 000 plaques de rues
  • 1 610 corbeilles
  • un budget total en 2018 de 1,327 millions d'euros (hors Aménagement cœur de Ville - Loire), comprenant les chaussées (666 000 €), les trottoirs, l'éclairage public, la signalisation routière, les aménagements cyclables, le réseau pluvial, etc.

Fissure, infiltration, décollement, faïençage, nid de pouleVoir l'image en grand Les différentes étapes de dégradation d'une route Préventif (avant dégrad.) ou curatif (avant déform.)Voir l'image en grand Zoom sur la réfection d'une route

Une question à Jérôme Boujot

Jérôme Boujot, adjoint au maire en charge de la voirie

Pourquoi cette politique ?

« Il était important pour l’équipe municipale d’avoir une vision exhaustive, globale et précise des travaux de réhabilitation à mener et des actions de prévention que nous pouvions engager pour prolonger la durée de vie des chaussées de Blois car nous avons des contraintes budgétaires. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de programmer les travaux sur plusieurs années, c’est-à-dire de répartir la charge financière. Nous tenons également compte des voies à fort trafic ou de la desserte des équipements publics et des zones où l’habitat est dense. Enfin, nous veillons également à réaliser des travaux dans tous les quartiers. »

Ville de Blois - Plan du site

Découvrir Blois

Cadre de vie

Enfance, jeunesse & vie étudiante

Culture & tourisme

Sports & loisirs

Économie & commerces

Solidarité & santé

Vie municipale

Démarches en ligne

Participer

Les essentiels

Les quartiers

Ville de Blois - Hôtel de Ville - 9 place Saint Louis - 41000 Blois Tél. 02 54 44 50 50 Fax. 02 54 74 23 69 Crédits et mentions légales Contact