La ville de Blois vous en dit plus

Val de Loire
  • 500 ans de Renaissance

    Avec la Région Centre-Val de Loire, Blois célèbre « 500 ans de Renaissance » par une programmation culturelle foisonnante.

    ← Programme complet

Arrêter le défilement des actualités Lancer le défilement des actualités
Mardi 21 mai 2019 Min Max
Coeur de ville
Espace famille
Eau de Blois
Vos quartiers Quartier Est Quartier Nord Quartier Ouest Quartier Centre Quartier Sud
Facebook Twitter Vimeo
Dailymotion Youtube Flux RSS
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris. Générer un PDF

Levent Yildirim : le darbuka dans la peau

Le 13/11/2017
Mondialement connu pour son jeu unique de darbuka, il a découvert cet instrument lorsqu’il était adolescent et depuis, il ne l’a plus lâché.

Levent Yildirim : le darbuka dans la peauVoir l'image en grand

Levent Yildirim est né à Ankara, en Turquie. C’est là-bas, vers l’âge de 16 ans, qu’il a commencé à jouer du darbuka. Un instrument de percussion d’origine égyptienne, avec une base en céramique et une peau de chèvre.

« Mon frère aîné qui en jouait m’a appris une technique bien particulière mais il fallait se cacher à l’époque car c’était mal vu…», raconte-t-il. Petit à petit, les mentalités ont évolué et il s’est fait connaître en Turquie et partout dans le monde pour son jeu unique de darbuka. « Je peux jouer avec tous les styles de musique, aussi bien le jazz que la musique indienne que j’écoute beaucoup et qui m’inspire ».

Au départ, Levent Yildirim accompagnait des groupes de musique orientale, il a aussi travaillé avec des musiciens indiens avant de jouer en solo, ce qui est très rare avec cet instrument. « C’est un son très chaleureux et quand je prends mon instrument sur mes genoux, je suis complet. Je m’entraîne trois heures par jour sur la technique, l’improvisation et la composition ».

Il a déjà sorti deux albums et un troisième sera dans les bacs en février. Après Berlin et Rotterdam, il donnera un concert au café Le Fluxus, à la Fondation du doute, le 17 novembre à 19 h, en duo avec le flûtiste Sylvain Barou (entrée libre). Une rencontre qui promet un beau moment d’improvisation. « Pour moi l’improvisation est essentielle car c’est un moment unique qui représente ma personnalité », conclut le musicien.

— Propos recueillis par Chloé Cartier-Santino, photo de François Christophe
Cet article est paru dans le numéro 138 de
Blois mag (novembre 2017)

Vous & Blois

Que représente Blois pour vous ?

J’ai vécu en Egypte, en Allemagne, en Espagne, puis à Blois entre 2003 et 2008, avant de repartir et de revenir il y a trois ans. Je suis tombé amoureux de la ville quand mon frère, qui vit ici, m’a fait visiter. Il y a une belle qualité de vie, de la convivialité, pas de stress, je me sens bien. En général, je m’ennuie vite mais pas ici.

Quel est votre endroit préféré ?

Quand je reçois des amis, j’aime les emmener Grands Degrés Saint-Louis, dans les escaliers, les petites rues et en Vienne pour la vue sur le centre-ville. J’ai aussi besoin de voir la Loire car c’est une source d’inspiration.


Partager cet article :
| Autres

Retour

Ville de Blois - Plan du site

Découvrir Blois

Cadre de vie

Enfance, jeunesse & vie étudiante

Culture & tourisme

Sports & loisirs

Économie & commerces

Solidarité & santé

Vie municipale

Démarches en ligne

Participer

Les essentiels

Les quartiers

Ville de Blois - Hôtel de Ville - 9 place Saint Louis - 41000 Blois Tél. 02 54 44 50 50 Fax. 02 54 74 23 69 Crédits et mentions légales Contact