La ville de Blois vous en dit plus

Val de Loire
  • Au plus près des attentes des jeunes

    Toute l’année et surtout pendant les vacances scolaires, le service Jeunesse/Vie étudiante est particulièrement actif. Découvrez ses objectifs et ses coulisses.

  • L’éducation, au cœur de l’action municipale

    Découvrez comment 600 agents municipaux travaillent à offrir les meilleures conditions aux jeunes Blésoises et Blésois

Arrêter le défilement des actualités Lancer le défilement des actualités
Mardi 16 octobre 2018 Min 10° Max 22°
Coeur de ville
Espace famille
Eau de Blois
Vos quartiers Quartier Est Quartier Nord Quartier Ouest Quartier Centre Quartier Sud
Facebook Twitter Vimeo
Dailymotion Youtube Flux RSS
  • Accueil >
  • Enfance, jeunesse & vie étudiante
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris. Générer un PDF

Rentrée 2018 : l’éducation au cœur de l’action municipale

Le 31/08/2018
Avec 20,8 millions d’euros, l’éducation est le premier poste budgétaire de la Ville. 600 agents municipaux travaillent à offrir les meilleures conditions aux jeunes blésois, pour une politique résolument tournée vers l’amélioration constante des dispositifs, services et équipements.

Rentrée 2018 : l’éducation au cœur de l’action municipaleVoir l'image en grand
Accès directs :

 


 

Le philosophe grec Épictète a dit : « Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore. » Cette maxime, la Ville de Blois l’a faite sienne en matière d’éducation. Chaque année scolaire apporte son lot de changements que la municipalité initie ou accompagne, avec toujours pour objectif de favoriser la réussite de tous. Cette rentrée 2018/2019 en témoigne particulièrement.

En juin 2017, le gouvernement a donné l’autorisation de déroger à la semaine de quatre jours et demi. Attentive aux volontés de ses administrés, la Ville a mené une vaste consultation en deux temps, sur la base d’une enquête suivie d’un vote auquel ont été conviés parents, enseignants et agents municipaux des écoles.

Retour à la semaine de quatre jours

Voir l'image en grandParmi les trois solutions proposées, la communauté éducative a opté à 61,33 % pour le retour à la semaine de quatre jours sur le modèle 8 h 45–12h, 13 h 45–16 h 30. Le scenario prévoit l’extension de l’accueil en centre de loisirs à toute la journée le mercredi (de 7 h 30 à 18 h 30), et le maintien de l’accueil de loisirs périscolaires (ALP) du matin de 7 h 30 à 8 h 35 en semaine. Il ramène en revanche celui du soir à 18 h (au lieu de 18 h 30) pour compenser la perte, entraînée par le retour aux quatre jours, des 410 000 € dont bénéficiait la Ville au titre du fonds de soutien.

Pour autant, « nous avons été sensibles aux attentes exprimées par les parents, explique Benjamin Vételé, adjoint au maire en charge de l’éducation. Tout en aménageant les rythmes retenus, nous avons décidé d’ajouter un service de garderie classique pour la plage 18 h–18 h 30, facturé de 1,50 € à un peu plus de 3 € la demi-heure, selon les capacités des familles. »

En savoir plus sur les rythmes scolaires…

Dix ans d’action éducative

À travers l’aménagement des rythmes scolaires, la Ville a montré qu’elle n’avait de cesse d’adapter son action éducative aux usages et aux besoins. Parmi les projets menés depuis 2008, on peut citer la redéfinition de la carte scolaire, le développement des ALP, la création du Guichet unique et de l’Espace famille, ou encore la prévention du stationnement sauvage à proximité des établissements et le déploiement de « gilets jaunes » assurant la sécurité des traversées.

La restauration nouvelle génération

À compter de la rentrée scolaire 2018, la Ville a choisi un nouveau délégataire pour la restauration scolaire, résolument tourné vers la qualité alimentaire et l’apprentissage du goût. Après une procédure d'attribution, c'est la société API Restauration qui s'est vue confier la mission de préparer (au sein de la cuisine centrale mise à disposition par la Ville) et de livrer les repas et les goûters des restaurants scolaires et des accueils de loisirs. Ils livreront également les sept structures de la petite enfance prochainement (premier semestre 2019).

Outre une économie de plus de 150 000 € sur la redevance annuelle versée par la collectivité, la proposition d'API se distingue par une offre de restauration qualitative et respectueuse des engagements de la Ville en faveur du développement durable.

En savoir plus sur la nouvelle restauration scolaire…

Le projet éducatif local

En 2013, le Projet éducatif local (Pel) a été mis en place. Plus de 5 000 acteurs du secteur (parents, institutions, instances, associations, etc.) ont contribué à l’élaboration de ce document de référence. « Le Pel guide notre action, explique Benjamin Vételé. Nos objectifs en matière d’éducation s’imposent à travers lui. » Ils visent en l’occurrence à respecter les jeunes dans leurs singularités, à leur permettre d’être acteurs-citoyens dans un monde en mouvement et à reconnaître les parents comme premiers éducateurs de leurs enfants.

Accompagner les projets d’école

Adapter son action, c’est aussi permettre à tous les enfants, quelle que soit leur situation sociale, d’avoir accès à la culture, au sport et à la découverte du monde. À ce titre, la Ville a mis en place une dotation globale éducative (DGE) annuelle de 193 000 € répartie entre les écoles selon le niveau de vie des familles. Sa vocation est de financer des projets pédagogiques tels que des visites de châteaux, sorties cinéma, ateliers théâtre, ou encore classes de mer et de neige. En outre, l’engagement culturel, sportif et environnemental de la Ville au sein des écoles ne se limite pas à cette enveloppe. La municipalité mène dans ces domaines ses propres projets.

Investir dans le numérique éducatif

Déployé sur les deux mandats avec un budget de 2,8 millions d’euros, le plan numérique est en cours d’achèvement. D’ici la fin de l’année, toutes les écoles auront été équipées de bornes Wi-Fi, d’ordinateurs portables, de tableaux blancs interactifs et de tablettes. Pour autant, « il ne suffit pas d’avoir le matériel, observe Benjamin Vételé. Encore faut-il qu’il soit bien employé. » Ainsi, « l’enjeu consiste désormais à évaluer son utilisation en vue de l’optimiser ». Un questionnaire destiné aux enseignants est en cours d’élaboration.

École et handicap

Le projet de relocalisation du Jardin d’enfants spécialisé (Jes) témoigne de la sensibilité de la Ville aux problématiques du handicap à l’école. Géré par l’association Adapei 41, le Jes reçoit une dizaine d’enfants de 4 à 6 ans présentant un retard de développement, avec pour objectifs, entre autres, de répondre aux besoins des familles ne trouvant pas de structure d’accueil adaptée, de les soutenir dans leur rôle éducatif, de permettre à l’enfant de bénéficier d’un accompagnement personnalisé et de l’inviter à vivre une expérience de socialisation. Par ailleurs, l’école des Sarazines accueille une unité d’enseignement pour enfant autiste, la première au niveau départemental.

École et culture

L’année dernière, la Ville, l’Éducation nationale et l’École d’art de Blois-Agglopolys se sont associées pour mener le projet artistique Cosmoronds, dans lequel se sont impliquées vingt classes et qui a fait l’objet d’une exposition à la Fondation du doute au printemps. « C’est une belle illustration des partenariats qui peuvent être mis en place pour offrir des espaces de découverte aux élèves », estime Benjamin Vételé.

En partenariat avec Agglopolys Agglomération de Blois et l’Éducation nationale, la Ville soutient également les classes à horaires aménagés musique qui se déroulent à l’école Marguerite-Audoux.

Depuis vingt ans, les écoliers blésois bénéficient d’une initiation à la musique par le chant choral. En 2018, les trois enseignants du conservatoire de Blois-Agglopolys sont intervenus auprès de 79 classes du CP au CM2, soit 1 652 élèves.

Au-delà de tels projets ponctuels, l’action culturelle de la Ville en faveur des écoles se traduit par leur accueil gratuit au Château royal de Blois, à la Maison de la magie Robert-Houdin ou encore à la Fondation du doute, mais aussi, par exemple, via la programmation jeune public de Ciné’dimanche.

École et sport

De la même manière, la Ville met ses infrastructures sportives à disposition des écoles ainsi que 10 éducateurs et deux animateurs cumulant près de 1 320 heures  d’interventions au cours desquelles ils enseignent l’éducation physique à 3 000 élèves dans le respect des programmes de l’Éducation nationale.

Par ailleurs, le dispositif des classes à horaires aménagés Sport permet à 260 jeunes de huit collèges de pratiquer leur discipline au sein des clubs partenaires. « L’objectif est de proposer aux jeunes de la 6e à la 3e de pratiquer un sport de manière soutenue en respectant les rythmes scolaires et en l’adaptant au rythme de vie », note Damien Bertrand, directeur général adjoint à l’Éducation.

École et environnement

Enfin, consciente de la nécessité de sensibiliser les enfants aux enjeux du développement durable, la Ville accueille environ 200 classes par an dans sa Ferme de Brisebarre pour des ateliers pédagogiques. Par ailleurs, en partenariat avec Val-Eco, les enfants sont formés aux éco-gestes et à la rentrée, des composteurs seront installés dans les écoles.

Entretenir le patrimoine scolaire

Dans le même esprit d’améliorer l’existant, la Ville a finalisé l’année dernière son Schéma directeur d’entretien du patrimoine scolaire. « Il s’agit d’un outil d’aide à la décision destiné à nous permettre de faire des choix éclairés en matière de rénovations, explique Benjamin Vételé. Le schéma a vocation à prioriser et à anticiper les travaux pour chaque structure ». En 2017,  730 000 € ont été investis dans l’entretien du patrimoine, en particulier sur les écoles Molière et des Hautes-Saules. Cette année, les efforts portent notamment sur le Jes : cette structure d’accueil pour les petits atteints de handicap sera relocalisée début 2019 au sein de l’école Foch, dont le bâtiment fait l’objet de travaux depuis mai (installation de rampes d’accessibilité, élargissement des portes et espaces de circulation, aménagement de sanitaires adaptés, etc.). Depuis 2008, ce sont plus de 8 millions d’euros qui ont été investis par la Ville dans la rénovation des écoles.

Agir pour la réussite éducative

L’année 2017 a été marquée par l’expérimentation (de janvier à juin) et la généralisation (en septembre) du dispositif d’aide aux leçons. Depuis, 400 enfants ont bénéficié de ce programme leur permettant, durant l’accueil de loisirs périscolaires du soir, de faire leurs devoirs en étant accompagnés d’un enseignant.

Initié en 2005, le projet de réussite éducative (Pre) de Blois, qui vise à lutter contre le décrochage scolaire, a depuis longtemps fait ses preuves. Au 31 décembre 2017, 250 enfants et adolescents bénéficiaient de ce programme visant à offrir un accompagnement personnalisé aux jeunes de 2 à 16 ans scolarisés ou domiciliés dans un quartier ciblé (Nord, Cornillettes et Quinière) et à leurs familles. Les parcours, individualisés selon la situation et les difficultés de chacun, s’articulent autour de cinq grandes thématiques (la parentalité, le développement personnel de l’enfant, la réussite scolaire, la construction d’une culture éducative commune et la santé).

Dans le même esprit, l’Espace Quinière et l’association intercommunale d’aide et d’insertion (AIEI) déploient un dispositif d’accompagnement à la scolarité. Reposant sur l’écoute et l’échange, ce programme a pour objectif de valoriser l’apprentissage et l’éducation auprès des jeunes et de leurs familles à travers des ateliers thématiques (activités ludiques, méthodologie, soutien en français, mathématiques, anglais, etc.).

Améliorer l’information aux familles en matière d’action éducative

Le site web de l’Espace famille est la porte d’entrée pour toutes les démarches en ligne concernant l’éducation (restauration scolaire, centre de loisirs, accueil périscolaire, etc.). Le site s’est récemment enrichi des possibilités d’inscrire en ligne les enfants à la restauration scolaire et à l’ALP. Le Guichet unique reste également à votre disposition pour vous guider et répondre à vos questions du lundi au vendredi (sauf jeudi matin) au 02 54 44 51 40, 10 place Saint-Louis. La Ville reste à l’écoute des familles et s’attache à améliorer sans cesse sa réactivité pour faire face aux éventuelles difficultés rencontrées par les usagers.

Un tout nouveau groupe scolaire Nord

Dans le cadre du projet de rénovation urbaine d’intérêt régional (PRUIR), décision a été prise de détruire l’école Croix-Chevallier/Nelson-Mandela et de reconstruire un groupe scolaire sur une parcelle attenante. Ce projet intervient dans un contexte de restructuration globale du quartier, de vétusté des bâtiments préexistants et de nécessité d’éviter la saturation des écoles environnantes. Le nouveau groupe scolaire Nord disposera de 24 classes, dont 15 élémentaires et 9 maternelles.

La première pierre de ce projet exemplaire, d’un budget de 10 millions d’euros, devrait être posée début 2020 pour une ouverture à la rentrée 2021 – à laquelle fera suite la destruction de l’ancienne école Croix-Chevallier/Nelson-Mandela.

— par Anne Sophie Perraudin

Chiffres clés

  • 730 000 € investis pour la rénovation des écoles en 2017, 8 140 000 € depuis 2008
  • 4 669 élèves en 2017
  • 212 classes en 2017
  • 100 agents logistiques
  • 71 agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem)
  • 33 écoles, dont 14 maternelles, 14 élémentaires et 5 primaires
  • 22 accueils de loisirs périscolaires (ALP)
  • 2 668 enfants accueillis dans les ALP le midi
  • 1 215 enfants accueillis dans les ALP le soir
  • 319 enfants accueillis dans les ALP le matin
  • 5 accueils de loisirs sans hébergement (ALSH)
  • 327 enfants accueillis le mercredi dans les ALSH
  • 20 sites de restauration
  • 7 structures petite enfance (multi-accueils)
  • 4 relais d’assistants maternels (Ram)
  • 5 locaux Pre (projet de réussite éducative)
  • 309 enfants et adolescents bénéficiaires du dispositif Pre (au 31 décembre 2017)
  • 1 875 heures d’ouverture au public du Guichet unique en 2017

 


 

Trois questions à… Benjamin Vételé, adjoint au maire en charge de l’Éducation

Quel est le principal levier d’action de la municipalité ?

Nous accordons une importance primordiale à maintenir un service périscolaire et extrascolaire de haute qualité malgré les nombreux changements qui sont intervenus ces trois dernières années, c’est-à-dire au-delà des évolutions réglementaires et retour à la semaine de quatre jours. Pour nous, ce n’est pas uniquement un mode de garde, mais aussi et surtout un outil de découverte artistique et culturelle au bénéfice des enfants et des familles. Nous voulons d’ailleurs plus largement impliquer et mieux informer encore les familles. Il n’y a pas d’éducation possible sans activités périscolaires et extrascolaires de qualité menées par des agents investis et impliqués. Telle est notre conviction, et la raison pour laquelle ces domaines restent et resteront des priorités de l’action éducative de la Ville. D’ailleurs, dès cette rentrée 2018, nous avons augmenté le nombre de places en centres de loisirs le mercredi ; toutefois il est possible qu’en raison de la forte demande, tous les besoins ne puissent être satisfaits. Concernant les ALP, nous continuerons d’accueillir tous les enfants qui le souhaitent, même sur un temps réduit.

Quel est l’axe fort de la politique éducative de la Ville ?

Le premier principe qui guide notre action est l’égalité. Nous nous devons d’offrir les mêmes chances de réussite à tous les enfants de la ville, quelle que soit leur école, quelles que soient leurs origines ou leurs spécificités. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour permettre à l’ensemble des jeunes Blésois d’appréhender au mieux les apprentissages fondamentaux, mais aussi de favoriser leur émancipation afin qu’ils aient toutes les clés pour entrer au collège dans les meilleures conditions. Cette égalité d’accès à la réussite scolaire, mais aussi à la découverte sportive et culturelle, est à la base de notre politique éducative.

Pourquoi avoir misé sur le numérique ?

C’est un outil que nous avons souhaité mettre au service de la communauté éducative pour favoriser la réussite scolaire et l’épanouissement des enfants dans toutes leurs qualités, ce qui constitue le fil conducteur de notre politique. Le plan numérique que nous avons déployé a consisté à équiper toutes les classes de cycle 3, c’est-à-dire de CM1 et CM2, de tableaux blancs interactifs, et à doter toutes les écoles et groupes scolaires de classes mobiles, avec des supports tablettes. Si les premiers fonctionnent très bien, nous considérons que les secondes ne sont pas assez employées. Nous allons donc désormais travailler à évaluer et à encourager leur utilisation.


Partager cet article :
| Autres

Retour

Ville de Blois - Plan du site

Découvrir Blois

Cadre de vie

Enfance, jeunesse & vie étudiante

Culture & tourisme

Sports & loisirs

Économie & commerces

Solidarité & santé

Vie municipale

Démarches en ligne

Participer

Les essentiels

Les quartiers

Ville de Blois - Hôtel de Ville - 9 place Saint Louis - 41000 Blois Tél. 02 54 44 50 50 Fax. 02 54 74 23 69 Crédits et mentions légales Contact