La ville de Blois vous en dit plus

Val de Loire
  • Nouveau quartier gare : pensé pour y vivre

    Le quartier de la Gare a commencé sa mutation. À terme, de nouveaux bâtiments et services s’articuleront autour du parvis entièrement repensé.
    ← En savoir plus

Arrêter le défilement des actualités Lancer le défilement des actualités
Lundi 20 mai 2019 Min Max
Coeur de ville
Espace famille
Eau de Blois
Vos quartiers Quartier Est Quartier Nord Quartier Ouest Quartier Centre Quartier Sud
Facebook Twitter Vimeo
Dailymotion Youtube Flux RSS
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris. Générer un PDF

La rue du pont du Gast, rue commerçante

Le 30/03/2019
Au cœur du projet Saint-Vincent, la rue du Pont du Gast est une des rues de Blois qui a le plus changé sous l’effet de l’urbanisme.

La rue du pont du Gast, rue commerçanteVoir l'image en grand

Jusqu’au milieu du 20e siècle, c’est une des voies de sortie et d’entrée de la ville en venant de Saint-Lubin et Saint-Suplice par les rues Michel-Bégon, des Basses Granges et de la Garenne. En 1900, c’est une rue très vivante dont le côté impair est occupé par l’école Victor-Hugo « filles » et la « salle d’asile » (entendez par là l’école maternelle), une épicerie en gros, un coiffeur, l’auberge du Cheval Blanc, un loueur de voitures, un cordonnier et un marchand de vins en gros. Côté pair, on trouve un camionneur, l’épicerie Fournier qui sera à l’origine des Docks de Blois, un maçon, un cordonnier. L’auberge Saint-Vincent occupe le numéro 10. Les frères Dosme, carrossiers de luxe installés en ville ont leurs ateliers de fabrication au 14, d’où sortiront certaines des magnifiques voitures hippomobiles aujourd’hui conservées au domaine de Chaumont. Deux marchands de bois et charbons, un charretier et un deuxième café terminent la rue.

Voir l'image en grand Voir l'image en grandAprès guerre, les projets d’urbanisme bouleversent totalement ce micro quartier. En 1954, afin de donner une communication plus directe entre la gare et la préfecture, la rue du Père-Monsabré fait disparaître l’école Victor-Hugo. La rue Jean-Moulin en 1967, dans le prolongement de la rue du Père-Monsabré, supprime une dizaine de maisons. Dans la foulée, le début de la rue du Pont du Gast est rectifié et d’autres maisons disparaissent afin de faciliter le trafic vers le square Victor-Hugo et de ménager un vaste parking derrière l’église Saint-Vincent. Si elle facilite grandement la circulation à Blois, cette opération d’urbanisme crée une « dent creuse » dans le tissu urbain.

À la suite de plusieurs projets inaboutis, le projet Saint-Vincent vise à reboucher cette dent creuse et à redonner une cohérence et une animation à cette zone de contact entre hyper centre, château et gare.

Par Bruno Guignard — Cet article est apparu dans Blois mag numéro 152 (avril 2019), page 27


Partager cet article :
| Autres

Retour

Ville de Blois - Plan du site

Découvrir Blois

Cadre de vie

Enfance, jeunesse & vie étudiante

Culture & tourisme

Sports & loisirs

Économie & commerces

Solidarité & santé

Vie municipale

Démarches en ligne

Participer

Les essentiels

Les quartiers

Ville de Blois - Hôtel de Ville - 9 place Saint Louis - 41000 Blois Tél. 02 54 44 50 50 Fax. 02 54 74 23 69 Crédits et mentions légales Contact