Coup de coeur

Exposition du Muséum : « Né pour sentir »

Quelle est la physiologie du nez ? Comment l’odorat peut-il raviver nos souvenirs avec autant d’acuité ? Comment fonctionne la communication olfactive des animaux sociaux ?

patrimoine naturel muséum d’histoire naturelle

Adresse :Musée d’histoire naturelle

Enfants et jeunes

Ces questions et bien d’autres sont abordées dans la nouvelle exposition du Muséum à découvrir du 15 janvier au 11 juin 2023. Exposition créée par l’association Apex, qui propose depuis 20 ans des expositions itinérantes ludiques et originales sur le thème des sens.

Aperçu en vidéo

Testez votre odorat avec « Né pour sentir », la nouvelle expo du Muséum

Aperçu en images

Thèmes

Les odeurs de la nature

Plongez votre nez dans les odeurs de la nature : vous y trouverez quatre expériences olfactives pour découvrir des senteurs caractéristiques de la forêt, identifier différentes essences d’arbres, reconnaître des odeurs de fruits, de légumes et découvrir des odeurs d’épices en provenance du monde entier, etc.

La physiologie

Apprenez en plus sur la physiologie de l’odorat : les voies olfactives (olfaction directe par les narines et olfaction rétro-nasale ou rétro- olfaction), l’organe olfactif, les dimensions des odeurs (la tonalité hédonique, la qualité et l’intensité), la stéréochimie des odeurs, etc. Deux quiz permettent de tester vos connaissances sur ce sujet ainsi que sur l’ensemble des thèmes de l’exposition.

Les leurres olfactifs

Faites face aux défis des leurres olfactifs : sur la table du petit-déjeuner, les odeurs ne sont pas là où on les attend. Dans les flacons de différentes couleurs, les odeurs, elles, ne sont peut-être pas si différentes que cela. Quant aux flacons de même couleur, méfions-nous qu’ils ne contiennent des produits différents et dont l’odeur est synonyme de danger. Enfin, au niveau de la tour new-yorkaise, il s’agit de reconnaître les odeurs grâce à des images de films.

La mémoire olfactive

Ici, votre mémoire olfactive est convoquée.

Quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir. — Marcel Proust

Ces expériences sont dédiées au pouvoir évocateur des odeurs grâce à un module « confiserie », dont les parfums rappellent l’enfance, et au module des téléphones qui en diffusant des sons d’ambiance font resurgir des souvenirs.

Aromathérapie

L’aromathérapie est l’art de soigner par les extraits aromatiques de plantes. Les essences et les huiles essentielles sont extraites des différentes parties des végétaux : fleur, feuille, graine, fruit, racine, zeste, écorce, etc. Par diffusion aérienne, par voie cutanée ou par voie orale, leurs usages sont nombreux et on les utilise pures ou diluées dans un corps gras.
Les principes actifs des plantes peuvent être extrêmement puissants et l’on considère d’ailleurs que près de 60 % des médicaments chimiques présents sur le marché sont issus ou dérivés de substances d'origine végétale.

Dans le sillage des abeilles

Laissez-vous guider par votre nez ! En suivant une odeur de fleur particulière (lavande, fenouil ou verveine) à travers un labyrinthe olfactif, faites le parcours d’une abeille en quête de savoureux nectar, une façon d’aborder la communication olfactive des insectes sociaux et en particulier celle des abeilles.

Contenu scientifique

Chacune et chacun perçoit les odeurs de manière différente pour deux principales raisons :

  • d’une part, nos équipements olfactifs sont très différents d’une personne à l’autre. Ceci explique par exemple que nous sommes très sensibles à certaines odeurs quand d’autres les détectent à peine, tandis que nous avons plus de mal à déceler la présence d’autres odeurs que nos voisins sentent intensément ;
  • d’autre part, le traitement par le cerveau du message olfactif induit des perceptions extrêmement personnelles. En effet pour percevoir une odeur, de nombreuses zones du cerveau travaillent de concert. C’est le dialogue entre ces différentes structures qui nous permet de reconnaître et de nommer les odeurs, de les apprécier ou de les détester, de les associer avec des souvenirs, d’être conscients de les sentir, etc.

Nombre de facteurs influencent donc notre perception et notre appréciation des odeurs : nos sens, notre état de santé, notre vécu et nos souvenirs, les situations et les autres personnes, notre culture, etc. Personne ne peut donc avoir tort dans sa description des odeurs. C’est aussi la raison pour laquelle il n’y a pas de langage universel pour décrire les odeurs. C’est un exercice très difficile, même pour des adultes, car il n’y a pas de vocabulaire commun, sauf dans certaines professions, chez les parfumeurs par exemple. Les enfants manquent donc de mots pour décrire les odeurs, mais les adultes également.

En prêtant plus d’attention aux odeurs, les enfants développent leur acuité olfactive et éprouveront plus de plaisir à les retrouver dans leur environnement quotidien et en particulier dans leur alimentation. En effet, ce que nous ressentons quand nous mangeons est principalement dû à l’odorat. Quand nous mettons un aliment en bouche, les molécules odorantes qu’il dégage empruntent « un passage secret » situé au fond de la bouche et qui les conduit à la cavité nasale. Ces odeurs sont alors perçues et nous les nommons « arômes ». Avez-vous déjà constaté combien les aliments deviennent fades lorsque l’on est enrhumé ? L’odorat apporte une très forte contribution à ce que nous nommons communément le « goût ». Nous mangeons donc principalement avec notre nez… et avec notre cerveau.

© OpenStreetMap contributors