NOTE: Cet évènement est désormais passé. Les informations ci-dessous peuvent être obsolètes et ne sont conservées qu’à titre d’archive.

Coup de coeur

Semaine « Elles » 2022

La semaine « Elles » prolonge la journée internationale des Droits des femmes à Blois. Ateliers, films, concerts, expositions et débats sont au programme, contre les discriminations et pour l’égalité.

grands évènements culturels égalité des droits

Adresse :À travers Blois

Organisé par : Ville de Blois et associations

Édition 2022

Du 3 au 13 mars, la semaine Elles propose de multiples rendez-vous pour promouvoir les droits des femmes et valoriser leurs actions, à l’occasion de la journée internationale du 8 mars. Le programme détaillé est disponible au téléchargement ci-après.

Aperçu rapide

Temps forts 2022

Vendredi 4 mars à partir de 19 h 30 à l’Espace Jorge-Semprun

En présence de Marc Gricourt, maire de Blois et Christelle Leclerc, adjointe en charge de l’intégration républicaine, de l’égalité, des droits des femmes, de la laïcité et de la mémoire.

Déroulé de l’inauguration :

  • à partir de 19 h 30 : découverte dans le hall de l’exposition « Chemins croisés »
  • 20 h : discours d’ouverture
  • 20 h 30 : représentation théâtrale « Don Juan ou l’encre du monde » proposée par la Ben Compagnie

Samedi 5 mars à 16 h au cinéma des Lobis

Projection du film Bigamie (The Bigamist) film américain (1953) réalisé par Ida Lupino, au cinéma Les Lobis Proposé par Ciné’fil (07 67, 48 84 31) - introduction par Fernando Ganzo. Entrée payante. Tarif Ciné’fil sur présentation de sa carte d’adhérent·e.

Mariés depuis huit ans, Eve et Harry ne peuvent avoir d'enfants. Déçue, Eve se consacre, pour l'essentiel, à ses affaires commerciales et délaisse sa vie de couple. De son côté, Harry exerce ses fonctions professionnelles dans une autre ville. Là, il finit par rencontrer Phyllis qu'il épouse et dont il aura un enfant. Il mène donc une double vie. Lorsque Harry et Eve se décident à adopter, une enquête préalable mettra au jour l'existence dissimulée de Harry.

Samedi 5 mars à 17 h 30 au cinéma des Lobis

La projection sera suivie d’une présentation d’Ida Lupino, animée par Fernando Ganzo sur le travail précurseur de la réalisatrice, productrice et actrice, La fiancée rebelle d’Hollywood.

Fernando Ganzo est doctorant en cinéma à l’université du Pays Basque où il a enseigné la mise en scène pendant quatre ans. Il co-dirige la revue Lumière, qu'il a fondée en 2008, et collabore également aux revues Trafic, Cahiers du cinéma Espagne, Comparative Cinema ou So Film. Il est désormais rédacteur aux Cahiers du Cinéma.

Mardi 8 mars à 18 h au Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire

Projection du documentaire Sur les traces de Gerda Taro de Camille Ménager (2021, 52 min, Arte), avec la voix de Céline Sallette, suivie d’un échange avec la réalisatrice. Proposé par Europe Ensemble (06 13 39 34 27), entrée libre.

Gerda Taro est une héroïne des temps modernes qui a payé de sa vie son engagement politique antifasciste. Pionnière du photojournalisme, elle est tuée à la veille de ses 27 ans pendant la guerre d’Espagne, qu’elle couvrait pour les plus prestigieux magazines de l’époque. De l’Allemagne hitlérienne aux combats désespérés de la République espagnole, en passant par la bohème parisienne de l’entre-deux-guerres, sa courte vie a traversé toute la grande Histoire de la première partie du 20e siècle. Son nom, disparu de la mémoire collective, au profit de son compagnon Robert Capa, a récemment ressurgi des limbes de l’oubli... Sa vie et ses photographies conjuguent passion et combat, et résonnent avec des 3 
questions résolument contemporaines. C’est cette modernité que le film interroge, partant sur les traces d’une figure inspirante et d’une œuvre intemporelle.

Mercredi 9 mars à 15 h à l’Espace Quinière–Rosa-Parks

Une conférence qui tente de balayer depuis le Code Napoléon la conquête des droits par l’instruction, le rôle des avocates pour modifier le Code, les aspirations des femmes pour maîtriser la contraception, l’émancipation par le vêtement, les revendications pour le droit de vote et d’éligibilité, l’implication des femmes dans les guerres, la dénonciation des violences et la mixité dans les métiers.

Proposée par le CIDFF (02 54 42 17 39) et animée par Martine Brunswig. 

Mercredi 9 mars à 18 h 30 au Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire

Madeleine Riffaud (1924 - ) est l’une des rares femmes à avoir participé à la Résistance dans la lutte armée lorsque le 23 juillet 1944, à Paris, elle abat de sang-froid un grenadier nazi. Alors commence une course pour la survie jusqu’en 1945. Comme correspondante de guerre pour Ce soir de Louis Aragon, pour L’Humanité aussi, celle qui fut l’épouse de Pierre Daix, l’amie des époux Aubrac, de Paul Eluard et de Picasso couvre ensuite les principaux théâtres de guerre. Reporter anticolonialiste et poète à la libre pensée, elle est une femme de lettres engagée, une des dernières sentinelles de notre mémoire, qui rappelle à travers son œuvre poétique et journalistique que la force de combattre rivalise pour chacun·e avec les tragédies de l’Histoire.

Proposé par le Centre de la Résistance (02 54 44 67 40) en partenariat avec le Centre Européen de Promotion de l’Histoire. Entrée libre. Réservations fortement conseillées, compte tenu du nombre limité de places.

Vendredi 11 mars à 19 h à l’auditorium de la bibliothèque Abbé-Grégoire

Claire Lablée, pilote retraitée, a été pilote de ligne, de voltige et de vol à voile, qualifiée pour les travaux aériens et instructrice examinatrice. Le parcours d’une femme dans le milieu professionnel de l’aviation n’est pas de tout repos ! Femme libre, pilote passionnée, Claire Lablée nous retracera sa vie depuis son enfance au Sahara jusqu’à nos jours, devenue première femme pilote inspecteur à la DGAC et détachée en compagnie aérienne. Elle nous livrera son combat acharné et son cheminement spirituel pour trouver sa place dans ce milieu plutôt réservé aux hommes et garder sa liberté.

Proposée par Femmes 41 (06 37 57 86 00). Entrée gratuite.

  • « Elles ont ouvert la voix », les 5, 6, 9, 12 et 13 mars, de 14 h à 18 h au musée d’art religieux
    • Une dizaine de pionnières ont manifesté dans le milieu de l’Opéra un grand courage et fait évoluer les mentalités. Parmi elles, Louise Bertin, Ethel Smyth, Kaija Saariaho et Olga Neuwirth qui furent des compositrices ou interprètes de chants du 17e au 20e siècle. Pour avoir fait « bouger les lignes » et ouvert l’opéra à de nouveaux talents, ces artistes seront mises en vedette au musée d’art religieux. En particulier, un accompagnement musical de visite et des documents permettront de se souvenir de ces audacieuses personnalités.
    • Proposé par Les Amis du Musée d’art religieux (06 03 31 11 49). Entrée libre.
  • « Elles ont osé ! », les 4, 5, 6, 12 et 13 mars de 15 h à 19 h à l’artothèque (Espace Portevin, 138 avenue de Châteaudun)
    • Diverses propositions plastiques mettant en valeur des femmes remarquables qui ont marqué leur temps : Marie Curie, Alexandra David Neel, Rosa Parks, Simone Veil, etc.
    • Vernissage vendredi 4 mars à 18h. Entrée libre. Proposé par le Collectif d’artistes contemporains en Loir-et-Cher (06 24 33 12 88)

La station de radio Studio Zef (91,1 MHz FM) va se transformer pendant l’évènement. Les bénévoles de nombreux programmes qui jalonnent notre grille hebdomadaire ont eu envie de jouer le jeu d’une programmation spéciale, « Studio Z’elles », liée aux femmes et au féminisme. Découvrez les émissions radio prévues…

Samedi 12 mars à partir de 20 h à la Maison de Bégon
Le Lady Land Show : « Ultramoderne » puis « Koko-Jean & The Tonics »

  • En première partie le groupe électro punk blésois « Ultramoderne », Aline (chant) et Crush (Machines) sont issus de la scène anarcho punk. Leurs textes bruts, mélancoliques, décalés, emprunts d’autodérision sur leur génération, prennent toute leur dimension en live. Aline et Crush ont gardé le goût de la performance artistique à l’énergie punk.
  • Puis, la charismatique « Soul Sister », Koko-Jean Davis, fera très vite monter la température en enchaînant des compos soul, blues et funk. Une section rythmique enflammée et un orgue Hammond très groovy viendront appuyer la voix soul et explosive de Koko-Jean. Composé de 4 musiciens phare de la scène barcelonaise, ce combo n’a pas fini de vous surprendre ! Combien de temps arriverez-vous à rester assis·e ?
  • Proposé par Roxette (02 54 43 72 07) – roxetteblois.com en partenariat avec la Maison de Bégon
  • Billetterie à la Maison de Bégon
  • Tarifs : 14 € plein tarif, 10 € tarif réduit, 7 € tarif pour les personnes adhérentes

C’est une édition haute en couleur qui célèbrera les droits des femmes en 2022. En choisissant de mettre en valeur les intrépides, les pionnières, celles qui ont ouvert la voie, la Ville a souhaité présenter des histoires de femmes qui inspirent.

Nous avons à cœur de dénoncer les nombreuses difficultés auxquelles les femmes peuvent être confrontées, insiste Christelle Leclerc, adjointe en charge de l’intégration républicaine, de l’égalité, des droits des femmes, de la laïcité et de la mémoire. Ces personnalités extraordinaires sont des modèles pour nous toutes et tous et démontrent que c’est possible, qu’il faut avoir confiance.

Une forte mobilisation

Depuis sa création, la semaine Elles fédère de nombreuses structures et associations qui, sur ce projet coordonné par la Ville, mettent leur savoir faire au service des droits des femmes. Elles sont plus d’une trentaine : certaines historiques comme la Ben compagnie qui travaille tout au long de l’année avec les scolaires sur ces questions, Roxette qui aborde des questions sérieuses dans une ambiance festive, ou encore le Planning familial, le CIDFF et Femmes 41 qui agissent tous les jours pour les femmes. Ont rejoint l’aventure le musée d’arts religieux et le collectif d’artistes contemporains 41. Chacune organise un ou plusieurs rendez-vous, avec l’aide des services de la Ville. Sans elles, la semaine n’existerait pas.

Parmi les temps forts, ne manquez pas Don Juan ou L’encre du monde, le spectacle d’inauguration prévu le vendredi 4 mars à 20 h 30, accompagné de l’exposition Chemins croisés, du 4 au 13 mars à l’Espace Jorge-Semprun, présentée en ville lors du premier confinement… À noter également le ciné-débat sur la photojournaliste Gerda Taro, le mardi 8 mars à 18 h, au Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire, qui fait appel à notre devoir de mémoire.

par Camille Jaunet

Chiffres clés

  • 7 conférences
  • 2 pièces de théâtre
  • 8 ciné-débats
  • 1 concerts

…et aussi : des ateliers de découverte sportive, des rencontres avec des autrices de BD, des lectures, un café culturel, des émissions de radio, etc. avec une trentaine d’associations et structures mobilisées.

Qu’est-ce que la semaine « Elles » ?

Les droits des femmes doivent pousser l’ensemble de la population à réfléchir et à contribuer. C’est dans cette optique que la semaine Elles est ouverte à toutes et tous. Au-delà de son ouverture sur les différents publics, la semaine Elles est aussi ouverte à différents formats d’évènements : concerts, théâtre, cinéma, conférences, etc., pour s’adapter à tous les goûts et mobiliser largement.

La semaine Elles a été initialement créée pour fédérer les associations blésoises autour des droits des femmes. Là encore, au-delà des associations blésoises spécialisées sur le sujet, toutes les associations dont ce n’est pas la spécialité mais qui sont volontaires sont mobilisées. Elles y apportent des regards et des modes d’expressions neufs, touchant un public plus large.

  • ACFIDA
  • ALEP
  • Amis de l’Égypte
  • Association Blois-Weimar
  • Association Les conférences d’Isabelle Vrinat
  • Association Roxette
  • CIDFF
  • Cinéfil
  • Cinéma Les Lobis
  • Club Cœur et santé de Blois
  • Conseil des jeunes
  • Europe Ensemble
  • Femmes 41
  • Gym volontaire de Blois
  • La Ben Compagnie
  • Le collectif d’artistes contemporains de Loir-et-Cher
  • Les Rendez-vous de l’Histoire
  • Maison de Bégon
  • Maison de la bd
  • Musée d’Art Religieux
  • Nicole Lierre
  • Planning familial 41
  • Réseau d’échanges réciproques de savoirs
  • Studio ZEF
  • Bibliothèque Abbé-Grégoire
  • Médiathèque Maurice-Genevoix
  • Centre de la Résistance, de la déportation et de la mémoire
  • Espace Mirabeau
  • Espace Quinière – Rosa-Parks

Les fils rouges sont présents depuis les débuts de la semaine Elles :

  • en 2017, alors que le harcèlement de rue était au cœur du débat public, le thème était « la place des femmes dans l’espace public » ;
  • en 2018, il concernait « les combats pour les droits des femmes dans le monde » ;
  • en 2019, la semaine était consacrée au « corps des femmes, expression d’émancipation ». Le mouvement Me Too a ouvert la voie pour parler du corps des femmes, de ce qu’il représente et de la manière dont il est objectivé ;
  • en 2020, la semaine devait être consacrée aux « Femmes dans l’histoire, histoires de femmes ». Cependant, en raison de la pandémie de coronavirus Covid-19, les événements de la semaine Elles ont été annulés ;
  • en 2021, la semaine avait pour thème « Femmes : héroïnes – hérauts, messagères de tous les temps ».

Ces thèmes ne restreignent pas les évènements qui peuvent être organisés, mais donnent aux associations un fil conducteur permettant une meilleure émulation collective.

Extraits de l’édition 2021

Levée des couleurs de la semaine Elles

Conférence – Infirmières : histoire et combats