Carré Saint-Vincent

Situé au pied du Château royal, entre la Loire et la gare, le projet du Carré Saint-Vincent est l’un des outils développé par la Ville pour redynamiser le commerce de centre-ville. Le projet accueillera une halle maraîchère et des commerces.

Le résumé des enjeux

Le projet de Carré Saint-Vincent répond à trois objectifs principaux :

  • proposer en centre-ville une halle maraîchère en accueillant les métiers de bouche qui ont peu ou prou disparu de l’hyper-centre (primeur, poissonnier, boucher, charcutier, fromager, etc.) ;
  • offrir des surfaces commerciales de grande taille pour accueillir de nouvelles enseignes aujourd’hui absentes de Blois, complémentaires aux commerces existants ;
  • aménager qualitativement cet espace vide idéalement situé au pied du Château royal.

Un point de passage central à proximité d’un patrimoine remarquable

Face à l’église Saint-Vincent-de-Paul, le square Victor-Hugo offre un oasis de verdure, sublimé par ses arbres remarquables et sa vue sur la façade des loges du Château royal. En revanche, derrière l’église, l’espace est actuellement une cavité, donnant un sentiment d’inachevé dans le dessin urbain. Jusqu’il y a peu, il était essentiellement fréquenté par des cars de tourisme.

Pourtant, le chevet de l’église Saint-Vincent est un point de passage et de destination central. Il est situé sur l’axe névralgique reliant le quartier Vienne et l’hyper-centre à la gare. C’est la pierre angulaire entre l’ACVL et le futur quartier Gare. Son aménagement devient donc de plus en plus nécessaire, pour le placer à la hauteur du potentiel et des ambitions de la ville.

Compléter les commerces de centre-ville

La nécessité de réinventer le secteur a vite rejoint celle de redynamiser le commerce blésois. Loin de faire concurrence aux commerces existant, le projet complète l’offre actuelle et propose un véritable parcours commerçant dans la ville.

En effet, Blois manque de cellules commerciales de plus de 200 m², d’une part, et de commerces alimentaires qualitatifs, d’autre part. Le Carré Saint-Vincent répondra à cette problématique, en accueillant une halle maraîchère et une vingtaine de boutique, totalisant près de 7 000 m² de surface de vente. 190 places de stationnement seront également créées.

Un patrimoine mis en valeur sur un espace public réinventé

  • L’église Saint-Vincent, classée Monument historique, sera préservée et mise en valeur, tout comme l’Orangerie du Château et la Maison du jardinier.
  • L’ancien collège des Jésuites, ainsi que les murs de soutènement des terrasses sont également inscrits aux Monuments historiques.
  • Un nouvel espace public sera créé sur l’actuel emplacement du parking, avec notamment une place en son cœur et de nouvelles circulations piétonnes.
  • Le square Clément-Lévy sera réaménagé en un espace plus ouvert.
  • La rue du Pont-du-Gast deviendra piétonne (mais accessible aux livraisons et services de sécurité)
  • Le square Victor-Hugo avec ses arbres remarquables et sa vue sur la façade du Château sera préservé et davantage mis en valeur
  • Le Gouffre sera préservé et la thématique de l’eau mise en avant.

La conférence citoyenne du projet Saint-Vincent

Le projet bénéficie du soutien des différents services de l’état (préfecture, Monuments historique, architecte des Bâtiments de France, direction régionale des Affaires culturelles, etc.) et de l’association de commerçantes et commerçants Les Vitrines de Blois. Au-delà de ses obligations réglementaires, la Ville a pris l’initiative de créer une conférence citoyenne. Démarche inédite à Blois, c’est une instance temporaire qui s’est constituée notamment par tirage au sort en novembre 2017.

Toutes les parties concernées par le projet y sont réunies:

  • les personnes riveraines du quartier ;    
  • les personnes expertes du patrimoine et de l’architecture ;
  • la société d’aménagement et les promoteurs ;
  • les associations de commerces ;
  • les institutions publiques et touristiques.

43 sièges sont occupés régulièrement lors d’ateliers thématiques portant sur le commerce, le patrimoine et l’aménagement des espaces publics. La restitution des travaux de réflexion se tiendra à la fin de l’année 2019.

Chiffres clé 

  • 25 boutiques envisagées
  • 1 200 m² de halle maraîchère
  • 10 000 m² d’espaces publics
  • 6 390  m² de surface de vente
  • 112 places de stationnement