Restauration de l’église Saint-Nicolas

La Ville lance une campagne de restauration de l'église Saint-Nicolas, édifice emblématique de Blois. Les travaux débuteront en septembre 2020.

patrimoine culturel

L’église Saint-Nicolas, un joyau de notre patrimoine

L’église Saint-Nicolas est un témoignage rare, au même titre que la basilique Saint-Denis à Paris, de cette période médiévale où l’art roman disparaît peu à peu pour faire place à l’art gothique. Avec son architecture soignée, l’édifice domine les bords de Loire et offre l’une des images les plus belles et les plus fortes du paysage blésois. Entourée par le quartier historique et pittoresque du Foix, l’église Saint-Nicolas se situe au pied du Château royal. L’environnement immédiat de l’ancienne abbatiale fait écho au passé moyenâgeux de la ville avec ses ruelles étroites et ses maisons anciennes.

L’église Saint-Nicolas est classée Monument historique depuis 1840.

  • 565 000 € investissement de la Ville dès 2020 pour la restauration de l’église Saint-Nicolas
  • 6 ans durée prévisionnelle du chantier
  • 2 710 155 € HT montant total prévisionnel des travaux

Au 9e siècle, une communauté de moines (fuyant les invasions normandes) fonde une abbaye où sont vénérées les reliques de Saint-Laumer. Au 12e siècle, le chantier d’une nouvelle église débute dans un style de transition entre le roman et le gothique : le chœur est composé de voûtes d’arêtes et de voûtes d’ogives archaïques. La nef, construite au 13e siècle, est représentative du style gothique élaboré à la cathédrale de Chartres. En 1791, les moines quittent l’abbaye. Elle prend alors le vocable de Saint-Nicolas en souvenir d’une église voisine détruite.

Des terrasses du Château royal, on peut admirer les grands toits de l’église, ses contreforts et les flèches couvertes d’ardoises. Les jardins royaux surplombent la vieille ville et offrent aux visiteuses et visiteurs un belvédère unique sur l’église Saint-Nicolas et sur la Loire. Pour saisir toute la beauté de l’édifice, il faut aller sur la rive gauche. Au-delà des jardins, l’abbatiale se détache avec son chevet aux masses harmonieusement superposées, son transept, sa nef aux contreforts puissants et élégants, et toute une série de tours et de lanternes. L’ensemble, inscrit dans les bâtiments de l’Hôtel-Dieu, dominé par la masse imposante du Château, donne l’impression d’harmonie et de grandeur caractéristique du patrimoine du Val de Loire.

Des désordres qui mettent en péril l'édifice

Malgré de nombreuses campagnes de restauration menées depuis la Seconde Guerre mondiale, l’église Saint-Nicolas présente aujourd’hui des désordres dus aux effets du temps :

  • des défauts de stabilité des murs et un mauvais état des maçonneries des soubassements ;
  • un état de vétusté avancé de la nef avec des fissures et des fracturations ;
  • des infiltrations d’eau dans les maçonneries et les combles qui provoquent un affaissement.

Au vu de ces désordres qui confèrent une image de vétusté générale à ce grand édifice, la Ville de Blois a décidé de mettre en place une campagne pluriannuelle de travaux visant à pallier ces dégradations les plus urgentes.

Un chantier sur plusieurs années

La campagne de travaux est divisée en six tranches :

  1. consolidation du massif occidental, création de planchers techniques dans le clocher et restauration de couverture entre les deux clochers ;
  2. restauration du clos et couvert du transept sud et de la face sud du chœur, restauration des façades du transept sud (pignon compris) et des façades sud et est du chœur ;
  3. restauration du clos et couvert du transept nord et de la face nord du chœur, restauration des façades du transept nord (pignon compris) et de la façade nord du chœur ;
  4. restauration du clos et couvert de la nef côté nord, restauration de la façade nord intérieure y compris le triforium ;
  5. restauration du clos et couvert de la nef côté sud, restauration de la façade sud intérieure y compris le triforium ;
  6. restauration du cloître.

La première tranche démarrera en septembre 2020.

Des financements croisés

Le coût global des travaux est estimé à 2 710 155 € HT.

La Ville de Blois finance 565 000 € pour la première tranche de travaux.

La Ville a également sollicité une aide de la direction régionale des Affaires culturelles Centre–Val-de-Loire et du conseil départemental de Loir-et-Cher.

Enfin, un dossier a été déposé auprès de la Mission Bern dans le cadre du Loto du patrimoine 2020.

Soutenez la restauration de l’édifice !

Vous pourrez vous aussi soutenir la restauration de l’église Saint-Nicolas. Dès le mois de mai, la Ville et la Fondation du patrimoine lancent une grande souscription populaire nationale. Plus d’informations seront diffusées ici-même à ce moment là.