Bilan de mi-parcours 2020–2023–2026 (partie 3 sur 4) : ville citoyenne

Vous consultez la 3e partie du bilan de mi-parcours 2020–2023–2026.

Montage photo : atelier d’aide aux leçons dans une classe d’école, une personne effectuant une démarche en ligne sur ordinateur, une personne en fauteuil roulant dans un ascenseur, et l’arrêt Azalys « Gare ».

Sous-partie 1
Une ville accessible à toutes et tous

En photo ci-dessus (de gauche à droite)  300 enfants bénéficient d’un atelier d’aide aux leçons après l’école (photo © T. Bourgoin), l’espace numérique à la vie civile (photo © Deepha Photographie), l’ascenseur installé par la ville à la salle Dorgelès (photo © Chidraproduction) et l’arrêt « Gare », très fréquenté, accessible et bien équipé avec des abris et des bornes d’information-voyageurs (photo © Chidraproduction).

Accompagner la lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme (en cours)

La Ville a fait de la lutte contre le décrochage scolaire l’un de ses chevaux de bataille. Plusieurs dispositifs sont mis en place pour y parvenir.

  • L’aide aux leçons permet à plus de 300 enfants inscrits de bénéficier d’un accompagnement spécifique d’enseignantes et d’enseignants, le soir de 17 h à 17 h 45, pour revoir des leçons et faire des devoirs. 18 écoles sont concernées (47 ateliers hebdomadaires).
  • Le projet de réussite éducative, quant à lui, offre 15 ateliers hebdomadaires de septembre à juin à 157 enfants et ados des quartiers Nord, Quinière et Cornillettes.
  • Un stage de reprise fin août « en route vers l’école » est également proposé. Une trentaine d’enfants et adolescents en bénéficient.
  • La Ville a finalisé son plan École numérique qui vise à équiper toutes les écoles de matériels informatiques et numériques pour un usage en classe. Il s’agit avec cette mesure de réduire la fracture numérique et d’offrir la même chance à chacun.
  • Des actions sont également menées dans les centres sociaux avec un conseiller numérique et des ateliers socio linguistiques.
  • La Ville soutient aussi financièrement des associations comme le CRIA dans leurs actions contre l’illettrisme.

Faciliter l’accès aux droits par une plus grande lisibilité des démarches administratives de toute nature (en cours)

  • Le conseiller numérique dans les Espaces Mirabeau et Quinière–Rosa-Parks est au service de tous les habitants et habitantes souhaitant se faire aider dans leurs démarches en ligne. Un conseiller numérique accompagne également les personnes dans leurs démarches au CIAS. Un espace numérique est également disponible au sein de la Vie civile à l’Hôtel de Ville, avec accompagnement possible d’un agent.
  • Sur blois.fr, les explications des démarches (carte d’identité, passeport) ont été simplifiées pour une meilleure compréhension et certaines démarches ajoutées (demande d’occupation temporaire du domaine public - pratique pour les déménagements - et la déclaration pour l’opération Tranquillité vacances). La demande de Pass Blois culture peut également se faire en ligne et le Pass peut-être dématérialisé.
  • Un soutien à des associations de quartier comme Quartiers proximité est également de mise. Celles-ci sont de véritables acteurs de terrain et aident les citoyennes et citoyens dans leurs démarches administratives.
  • Par ailleurs, pour faciliter les démarches administratives à l’heure du numérique, le Conseil des sages a produit « Mon indispensable petit guide ! » qui sera bientôt diffusé.

Poursuivre la mise en accessibilité des transports, bâtiments et espaces publics pour les personnes à mobilité réduite en tenant compte de toutes les formes de handicap (en cours)

La Ville poursuit son plan de mise en accessibilité des bâtiments et des espaces publics, selon un agenda arrêté dès 2016 et approuvé par le préfet.

  • En 2023, sur 128 bâtiments 64 établissements sont conformes ou quasi-conformes et 11 installations ouvertes au public sur 49.
  • Chaque année, la Ville améliore l’accessibilité de son patrimoine à l’occasion des travaux de réhabilitation qui sont réalisés (ex : école Mandela, complexe sportif Traoré–Azarian, maison des associations Dorgelès, etc.).
  • Agglopolys est aussi engagée dans cette démarche. En 2023 sur 180 arrêts de bus, 102 sont conformes et l’ensemble du matériel roulant est accessible.
  • Concernant l’accessibilité de l’espace public, les règles relatives à l’accessibilité PMR sont intégrées dans les projets d’aménagement de voirie en vue d’améliorer progressivement l’accès à chacune et chacun
  • Chaque année, la Ville et les associations concernées mènent une campagne de sensibilisation auprès des commerçantes et commerçants pour que leur commerce puissent être accessibles à toutes les sortes de handicaps.

Mettre en place une charte « Ville handicap » pour promouvoir l’intégration, mieux garantir l’autonomie et la participation sociale des personnes en situation de handicap (réorienté)

  • Depuis 2008, la Ville poursuit sa politique d’adaptation et de mise en accessibilité des espaces et bâtiments publics. Les référentiels d’accessibilité ont permis de faire rentrer dans chaque opération les enjeux d’accessibilité : des aménagements de trottoirs en passant par les aires de jeux.
  • La commission communale se réunit régulièrement pour constater de l’avancement de la mise en accessibilité des espaces.
  • Par ailleurs, des temps de terrain régulier entre élu·es, services et associations permettent de juger sur le terrain de la bonne prise en compte des différents handicaps pour rendre la ville plus inclusive.
Montage photo : un ordinateur avec la vidéo d’une séance de conseil municipal en plein écran, un atelier participatif sur l’origami, la fresque de la fée Clochette rue du Bourg-neuf et un atelier peinture d’une journée citoyenne.

Sous-partie 2
Ville de démocratie permanente

En photo ci-dessus (de gauche à droite) : les séances du conseil municipal retransmises en direct sur ce site (photo © Adobe Stock/Ville de Blois), un atelier participatif autour de l’origami organisé par l’Espace Quinière–Rosa-Parks (photo © Deepha Photographie), une fresque artistique de Régis Loisel rue du Bourg-neuf (photo © N. Wietrich) et un atelier lors d’une journée citoyenne (photo © Deepha Photographie).

Systématiser les conférences citoyennes et/ou les référendums locaux, en utilisant notamment le tirage au sort des citoyennes et citoyens pour les grands projets (en cours)

Voir la partie « développer les consultations numériques » ci-dessous.

Ouvrir aux citoyennes et citoyens experts (pros, associations) les commissions municipales, pour les sujets d’intérêt partagé (en cours)

La Ville convie des associations à participer aux commissions Qualité de vie des habitants et Solidarité et vivre ensemble (par exemple : le Pimms, les Compagnons bâtisseurs, Blois loisirs organisation, la Maison des adolescents, la Parenthèse, OppeliaVRS, le CRIA, le CIDFF, etc.). Les associations sont conviées pour présenter des initiatives et projets.

Développer les consultations numériques (en cours)

Sur plusieurs projets, la Ville ou Agglopolys a permis aux habitantes et habitants de donner leur avis en ligne :

  • comme pour le projet de développement en parc urbain naturel et agricole du secteur de La Bouillie (1 408 réponses en ligne, 533 personnes souhaitant poursuivre la réflexion en atelier, 200 participantes et participants à la conférence YouTube) ;
  • le budget participatif de la Ville permet aux citoyennes et citoyens de plus de 15 ans de proposer des idées de projets. Les habitantes et habitants sont ensuite invités à voter en ligne (450 votantes et votants en 2022) pour choisir les projets éligibles qui vont être réalisés ;
  • de même, il est possible de proposer des idées de réalisations, d’aménagement pour les différentes journées citoyennes ;
  • une enquête en ligne a également été organisée dans le cadre du Projet Social de Territoire.

Retransmettre les conseils municipaux en direct et en ligne (réalisé)

Les séances de conseils municipaux sont toutes retransmises en direct ici-même, sur blois.fr. Les différés sont également proposés.

Rendre plus accessibles les données publiques de l’open data et favoriser leur réutilisation (réalisé)

De nombreuses données sont diffusées sur internet par les institutions publiques. La Ville et Agglopolys contribuent à cette démarche d’ouverture (open data) en publiant des informations locales sur leur plateforme data.blois.agglopolys.fr. Des données nouvelles sont régulièrement ajoutées. Par ce biais, les collectivités contribuent au partage de l’information, donnent accès à une meilleure connaissance du territoire et renforcent la transparence de l’action publique.

Positionner les centres sociaux et les maisons de quartier, en accord avec eux, comme lieux dédiés à l’accueil, à l’information et au soutien des initiatives et projets citoyens (en cours)

  • Les centres sociaux et maisons de quartier sont des relais importants des actions participatives (budget participatif, etc.).
  • Par ailleurs, ces dernières sont membres de droit des conseils de quartier qui travaillent à l’intérêt général et à l’amélioration du cadre de vie des Blésoises et Blésois.
  • L’Espace Quinière–Rosa-Parks a par exemple récolté les attentes des habitantes et habitants du quartier Ouest pour concocter la programmation de sa saison (par exemple : projet intergénérationnel Rosa-Parks, repas partagés mensuels, etc).

Favoriser la connaissance du fonctionnement des institutions et l’accès à la citoyenneté, en partenariat avec les associations d’éducation populaire (en cours)

  • Différentes classes de différents niveaux sont reçues tout au long de l’année par les élu·es et les services. L’objectif est d’expliquer les missions des collectivités et de sensibiliser les élèves sur ce qu’est être citoyenne ou citoyen. Après une visite de la mairie, un travail est réalisé sur les valeurs de la République dans le cadre d’ateliers.
  • Des rendez-vous plus ciblés ont également lieu sur des thématiques plus précises (par exemple : présentation des missions de la police municipale, etc.).
  • Dans le cadre du dispositif Cité éducative, la Ville soutient des associations qui interviennent sur des actions liées à la Citoyenneté (par exemple : CIDFF).
  • Le permis citoyen mis en place par la Ville permet un engagement citoyen bénévole d’un jeune en contrepartie du financement du permis de conduire.

Conforter les instances consultatives (conseils de quartiers, sages, jeunes) et les faire évoluer pour une meilleure représentation (en cours)

Les instances consultatives ont été renouvelées en octobre 2022. Elles sont régulièrement questionnées sur l’évolution de leur fonctionnement et dans un souci de meilleure représentativité (quartiers, genre, âges, etc.). Pour que leurs membres puissent mieux appréhender les compétences de la commune, des formations et des rencontres avec les services municipaux leur sont proposées. Le Conseil des jeunes, désormais rattaché au service Jeunesse, va également bénéficier d’une nouvelle dynamique, via une réorganisation de l’instance, confiée aux jeunes.

Maintenir les réunions du maire par « micro-quartiers » (réalisé)

En plus des réunions de quartier organisées à l’automne, le maire programme régulièrement des réunions de micro-quartiers, dans une ou plusieurs rues pour échanger sur les attentes et remarques des habitants sur leur cadre de vie. Ces temps d’échanges en petit comité permettent de partager les projets avec les habitants et d’aborder des sujets concrets comme la circulation, le stationnement résidentiel, la voirie, etc.

Affecter 1,5 millions d’euros aux budgets participatifs sur la mandature (réalisé)

Chaque année, la Ville consacre 250 000 € au budget participatif. Les habitantes et habitants sont invités à proposer leurs idées chaque printemps. Depuis 2020, environ 150 projets ont été déposés par des citoyennes et citoyens, des groupes, les instances consultatives, des associations. Les projets éligibles (respectant les différents critères du règlement) sont départagés par les Blésoises et les Blésois lors d’un vote numérique et physique à l’automne.

Parmi les dernières réalisations issues du budget participatif : des jeux pour enfants installés à la Creusille, d’autres rue Galliéni, une fresque artistique rue du Bourg-neuf, l’aménagement des places Beauvoir et Sarazines, un théâtre de verdure au lac de la Pinçonnière, l’installation d’une rampe sur les escaliers menant à la Loire, d’un barbecue en libre service sur l’esplanade Mirabeau, etc.

Généraliser à tous les quartiers la journée citoyenne qui permet la rencontre et l’investissement concret dans des projets d’intérêt général (réalisé)

Environ 5 journées citoyennes par an sont organisées (une par quartier). Les habitantes et habitants se retrouvent le temps d’une journée conviviale pour différents ateliers participatifs visant à améliorer le cadre de vie collectif (fabrication de nichoirs, mise en peinture de murs dans les écoles, création de mobiliers pour les jardins partagés, etc.). Les chantiers sont proposés par celles et ceux qui vivent dans les quartiers concernés. Ces journées citoyennes réunissent environ 200 personnes chaque année.

Montage photo : marquage aux couleurs LGBT sur un passage piéton face à la gare, barrière à l’entrée d’une rue école, marquage au sol d’une bande cyclable près d’une école, et un policier municipal à vélo.

Sous-partie 3
Une ville du respect d’autrui

En photo ci-dessus (de gauche à droite) : marquages en soutien aux droits des personnes LGBTQIA+ (photo © T. Bourgoin), rue école (photo © Deepha Photographie), marquage au sol pour sécuriser les abords des écoles (photo © N. Wietrich) et des agents de police municipale à vélo (photo © T. Bourgoin).

Contrer toutes formes de discrimination notamment via nos politiques publiques éducatives, de démocratie permanente, de prévention, de soutien associatif, etc. en favorisant les initiatives qui rassemblent et luttent contre les préjugés (réalisé)

  • Chaque année, la Ville met en avant une forme de discrimination, en parallèle de la Semaine Elles (racisme, trisomie, etc.), afin d’encourager le vivre ensemble.
  • Des actions sont menées dans les collèges, lycées et écoles par le service de la Prévention (par exemple : sexisme, égalité filles–garçons, etc.).
  • Un travail est également mené sur les différentes formes de handicaps avec les scolaires (par exemple : manifestation « Exprime ta différence » qui fait découvrir aux élèves le handisport).
  • Les projets des accueils péri et extra scolaires intègrent des actions visant à inciter les enfants à réfléchir à toutes formes de combats contre les discriminations ou harcèlements. Pour exemple en juin 2023, certains ALP et écoles ont organisé une journée portant sur l’inclusion en partenariat avec les associations œuvrant sur ce sujet.
  • La Ville a soutenu en 2023 la première marche des fiertés organisée par le Planning familial.
  • Les subventions aux associations du secteur sont par ailleurs maintenues.

Lutter contre les violences faites aux femmes et intrafamiliales en valorisant les associations du secteur, et par une vigilance renforcée dans le traitement des signalements ou des plaintes (en cours)

  • Des actions de prévention et de sensibilisation sont régulièrement menées dans les écoles, collèges et lycées par le service de la Prévention.
  • Les associations du secteur seront prochainement réunies dans un même lieu afin de renforcer les partenariats et offrir de meilleures conditions d’accueil aux femmes ou familles victimes.
  • Les policiers municipaux, le service Jeunesse, les agents d’accueil de la Ville ont été formés et sensibilisés au repérage de la prostitution ou aux signalements de violences intra-familiales.
  • La Ville et ses partenaires continuent d’organiser chaque année tout une semaine dédiée à cette thématique, avec des actions auprès du grand public et des scolaires.
  • Enfin, les élu·es participent au groupement local de prévention de la délinquance organisé par la procureure de la République sur les violences intra-familiales.

Chercher une meilleure sécurisation des abords des établissements scolaires, en co-construisant des solutions avec les acteurs éducatifs, les associations de parents d’élèves et les riverains (en cours)

Des aménagements et expérimentations sont en cours.

  • Des voies de circulation sont transformées en rues écoles piétonnes aux horaires de rentrées et sorties des classes (par exemple : rues Molière et Cordeliers, Bühler, Joséphine-Marchais, etc.).
  • Des habillages de couleur au sol sont testés pour marquer les abords des écoles (Mardelle/de-Gouges, etc.).
  • D’autres initiatives sont prévues dans les mois à venir, adaptées à l’environnement des écoles (passages piétons, passage de rues en sens unique, ralentisseurs, etc.) pour apaiser la circulation et le stationnement (par exemple : Bas-rivière).
  • Chaque jour, des agents de la police municipale ou autres agents sécurisent les abords d’une dizaine d’écoles aux horaires d’entrée et de sortie des élèves.

Conforter les partenariats qui unissent la ville, la sécurité publique et la justice dans les instances de prévention et de traitement de toutes les formes de délinquance (réalisé)

Un nouveau schéma territorial de sécurité et de prévention de la délinquance 2023–2026 a été signé en début d’année. Plusieurs priorités ont été fléchées :

  • les jeunes : prévenir et accompagner dans une démarche des responsabilisation ;
  • les personnes vulnérables : détecter et favoriser une prise en charge globale ;
  • la tranquillité et la sécurité publiques : vers un territoire apaisé.

La convention de coordination entre la police nationale et la police municipale a été renouvelée en 2022, le partenariat sur la vidéo surveillance en 2023. Le groupe local de traitement de la délinquance est pérennisé, en lien avec la procureure de la République.

Lutter contre les formes d’incivilités et d’insécurité routières par un plan pluriannuel d’aménagement des espaces les plus accidentogènes mais aussi en renforçant les contrôles et les sanctions (en cours)

  • La Ville multiplie le passage des rues en zones 30 (proximité des écoles, zones pavillonnaires, etc.), renforce la lisibilité des zones de rencontres (zones 20 : exemple rue Denis-Papin) et des traversées piétonnes sur les grands axes.
  • La Ville a obtenu 3 cœurs au label Ville prudente (association de la Sécurité routière), seule collectivité de la région à ce niveau.
  • Les contrôles sont également renforcés (1 079 heures). 8 181 contraventions ont été dressées, en 1 an, dont 731 infractions liées à une vitesse excessive.

Mettre en œuvre un plan de prévention des nuisances sonores diurnes et nocturnes (en cours)

  • Une charte de la vie nocturne a été élaborée avec l’ensemble des acteurs. Elle engage ceux-ci à respecter la tranquillité publique et les riveraines et riverains durant l’ouverture de leur activité.
  • Une étude d’impact des nuisances sonores est systématiquement demandée par la Ville pour tout nouvel établissement de centre-ville.
  • Un courrier de rappel aux règles a été envoyé au printemps aux établissements concernés et des vérifications sont régulièrement effectuées.

Mieux intervenir dans la prévention et la sanction des dépôts sauvages pour changer ces comportements pénibles pour toutes et tous (en cours)

  • La Ville a fait l’acquisition d’une caméra nomade pour identifier les usagers réalisant des dépôts sauvages.
  • La procédure de verbalisation a été simplifiée, un processus mis en place entre les services propreté et police municipale pour aller de la constatation à la sanction.
  • Des actions de sensibilisation ont été menées par les ambassadeurs du tri afin de rappeler les règles d’utilisation des points tri.

Maintenir les moyens humains et matériels alloués à notre police municipale et envisager sa relocalisation dans de nouveaux bâtiments mieux adaptés (en cours)

L’étude de faisabilité pour la relocalisation de la police municipale est terminée. Les parties prenantes ont été rencontrées afin de définir les besoins. Le programme de travaux est en cours d’élaboration. Le matériel est progressivement renouvelé (montée de gamme des caméras piétons, vélos à assistance électrique, herse pour stopper les véhicules, nouveaux gilets pare-balles et matériels de protection, changement de véhicules, augmentation du nombre de caméras de vidéo surveillance, nouveau radar). Par ailleurs, les équipes cynophiles et motards sont maintenues.

Réalisés mais non prévus

Prévention des risques - information préventive
  • La Ville de Blois a pour obligation d’informer la population sur les risques majeurs. Le dossier d’information communal (Dicrim) a récemment été actualisé.
  • Concernant le risque naturel d’inondation, les 13 repères de crues historiques gravés en différents points sur des édifices visibles de tous ont été restaurés afin de les maintenir en bon état et rappeler l’existence des crues. Pour poursuivre son travail de sensibilisation, la Ville a installé 16 nouveaux repères de crues sur des bâtiments emblématiques situés en zone inondable et fréquentés au quotidien. Ces nouveaux repères ont été placés à l’aide d’un géomètre, à la hauteur théorique qu’aurait atteint la crue historique de juin 1856.
Mobilisation citoyenne

La Ville a mobilisé des citoyennes et citoyens issus des instances consultatives sur des actions ponctuelles de solidarité : accueil des réfugiés ukrainiens, centre de vaccination, etc.