Bilan de mi-parcours 2020–2023–2026 (partie 4 sur 4) : ville solidaire

Vous consultez la 4e partie du bilan de mi-parcours 2020–2023–2026.

En photo ci-dessus : l’espace Restauration de la résidence Barbara (© B. Dupuis).

Jardin de la résidence Barbara : une petite allée courbée bordée de bacs à jardiner et de bancs.

Sous-partie 1
Une ville qui protège les plus fragiles

En photo ci-dessus : le nouveau jardin de la résidence Barbara (photo © CIAS).

Améliorer et harmoniser les conditions d’accueil et de prise en charge des personnes privées d’hébergement (en cours)

  • La Ville accueille désormais sur son territoire, rue de la Garenne, un abri pour les personnes en très grande précarité. Ce nouveau lieu de vie doit permettre à des personnes sans-abris d’être prises en charge et accompagnées vers un nouveau parcours de vie. 7 places d’accueil ont ainsi été créées. Ce projet innovant est co-porté par l’ASLD, l’hôpital et Oppelia VRS, soutenu par le CIAS du Blaisois qui a octroyé une aide de financière de 13 700 €.
  • L’équipe mobile santé précarité animée par le CIAS du Blaisois, Oppelia VRS et ONS poursuit son travail d’accompagnement des personnes à la rue. 300 personnes ont été suivies en 2022 en lien avec les services de l’État.

Soutenir et mieux coordonner les intervenants associatifs et institutionnels afin d’améliorer l’efficacité en faveur des bénéficiaires (en cours)

  • Le CIAS, le Département et l’État ont mis en place une coordination des associations d’aide alimentaire. L’objectif est de les accompagner, de partager les réalités du territoire et de favoriser les échanges pour mener à bien des projets (par exemple : aide alimentaire pour les étudiantes et étudiants, accompagnement des personnes migrantes, création de l’association « Parmentier circuit court et local » ayant pour objet de mettre en place un circuit court entre producteurs et consommateurs, notamment dans le cadre de l’aide alimentaire). Cette action a permis de négocier des moyens supplémentaires auprès de l’État, qui a en charge l’aide alimentaire : 125 000 € en 2022 ont été versés aux associations d’aide alimentaire participant à la démarche.
  • Par ailleurs dans le cadre de la démarche de baromètre du non recours (aux droits, prestations sociales, santé), le CIAS du Blaisois a institué un comité opérationnel réunissant l’ensemble des acteurs, institutionnels et partenaires agissant sur ces thématiques, en étroite collaboration avec la Caf, la CPAM, la MSA, la CARSAT, Pôle emploi et le Département.

Élaborer un plan de lutte contre l’isolement des personnes (en cours)

  • Agglopolys, via le CIAS, va prochainement travailler à la formalisation d’un plan de lutte contre l’isolement en partenariat avec les acteurs du territoire qui recensera les actions destinées à lutter contre l’isolement pour les porter à connaissance des habitantes et habitants du territoire d’Agglopolys.
  • Le réveillon solidaire organisé par la Ville de Blois en lien avec ses partenaires est une belle illustration d’action réalisée. Il réunit chaque année plus de 150 personnes. Ce temps festif et convivial est un moment partagé d’échanges, d’entraide et de joie organisé au Château royal de Blois qui permet à des personnes isolées d’être ensemble à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Engager une politique en faveur des familles monoparentales dans l’accès au logement, à l’emploi, aux transports, aux services publics, à l’aide à la parentalité, etc. (en cours)

Il est constaté une augmentation du nombre de famille monoparentale sur le territoire. La Ville renforce son accompagnement à ces familles en lien avec la Caf et le Département. Un plan d’actions est en cours d’élaboration. Il permettra de développer des outils notamment autour de la parentalité (voir aussi le plan de lutte contre l’isolement). Dès à présent, la Ville, dans son règlement d’attribution des places en crèches, porte une attention particulière à ces familles.

Mettre en place un bouclier social pour les Blésoies et les Blésois en lien avec l’ensemble des intervenants sociaux (en cours)

Face aux difficultés d’accès aux droits en matière de prestations sociales, de santé ou de services par les habitantes et habitants, la Ville a décidé de soutenir l’expérimentation de mise en place d’un « baromètre du non recours », lancé par Agglopolys et piloté par le CIAS.

Concrètement, il s’agit d’une démarche permettant d’identifier les freins des habitantes et habitants pour accéder à leurs droits et de proposer dès 2024, un plan d’actions visant à lever ces freins et ainsi lutter contre la précarité.

Il existe 4 raisons de non recours :

  • lorsque les offres possibles ne sont pas connues (par exemple : chèque énergie, complémentaire santé solidaire) ;
  • lorsque l’aide n’est pas demandée (par exemple : aide carburant) ;
  • lorsque l’aide est demandée mais non obtenue (par exemple : prestations Caf) ;
  • lorsque l’offre n’est pas proposée alors que la personne est éligible (par exemple : RSA, Allocation solidarité personnes âgées).

Favoriser le maintien à domicile en autonomie le plus longtemps possible par le CIAS (en cours)

  • Le dispositif Rénov’habitat proposé par Agglopolys offre des aides pour aménager son domicile afin de pouvoir y rester le plus longtemps possible.
  • Les services d’aide et de soins infirmiers à domicile du CIAS vont évoluer en un service autonomie à domicile avec un guichet unique de prise en charge avec réorientation vers le service adapté si elle n’est pas possible.
  • En parallèle, les résidences autonomie sont de véritables structures de maintien à domicile. Ce sont des lieux de vie avec de nombreuses animations qui offrent un appartement indépendant à ses résidentes et résidents. Ils proposent sécurité et convivialité.
  • L’accueil de jour et la plateforme de répit accompagnent les aidantes et aidants dans le maintien à domicile des personnes atteintes de pathologies Alzheimer ou apparentées. Un service de repas à domicile est toujours proposé (tarif en fonction des revenus, crédits d’impôts et Allocation personnalisée autonomie - Apa).

Maintenir la gestion publique des deux résidences autonomie de blois (Lumière et Barbara), via le CIAS (réalisé)

La résidence Barbara située rue Vauquois est composée de petits logements indépendants de types T1 bis et T2 entièrement neufs et tous équipés d’une cuisine et d’une salle de bain adaptée. Elle offre une multitude de services : restauration, animations et actions de prévention, courses accompagnées, jardin thérapeutique, suivi individualisé, permettant aux résidents de vivre dans leur propre appartement en toute autonomie et tranquillité. Elle accueille les seniors de plus de 60 ans qui souhaitent vivre dans un cadre collectif, sécurisé et convivial.

La résidence Lumière va évoluer et faire l’objet d’une rénovation complète et permettra d’accueillir à terme des mamans avec de jeunes enfants permettant ainsi de renforcer les liens entre les aînés, les mamans et les enfants. Des espaces d’activités collectifs dédiés à des activités intergénérationnelles seront créés, un projet de vie sera co-construit, tout en maintenant des activités propres à chacun des publics accueillis.

Montage photo : escalier Denis-Papin, carte du Pass Blois culture et atelier Ciné Marmots.

Sous-partie 2
Une ville pour toutes les générations

En photo ci-dessus (de gauche à droite) : le décor estival 2023 de l’escalier Denis-Papin (photo © N. Wietrich), le Pass Blois culture et une séance « Ciné Marmots » (photo © cinéma Les Lobis).

Porter une attention particulière aux aîné·es dans les aménagements des espaces publics en lien avec le conseil des sages et les instances de démocratie permanente (en cours)

  • Le Conseil des sages, via son groupe de travail autour des toilettes publiques, a réalisé un diagnostic sur l’ensemble du territoire entre octobre 2021 et décembre 2022. Le service Propreté de la Ville a pris en compte les propositions des membres en posant sur chaque toilette une signalétique avec des pictogrammes signalant les toilettes et mis en place des patères dans ceux-ci.
  • Les toilettes sur la place Saint-Saturnin ont bénéficié d’une réfection et d’une meilleure accessibilité.
  • Une étude complémentaire est en cours pour installer des panneaux signalétiques sur l’espace public indiquant la distance et la direction des toilettes.
  • La géolocalisation des toilettes publiques est disponible en ligne ici-même.

Encourager les échanges dans les écoles (sur le temps périscolaire), les centres de loisirs, avec des pros, des personnes retraitées, qui présenteront un savoir, un métier, un savoir-faire : une expérience pour redonner à la transmission et à l’échange toute leur place (en cours)

  • Les centres de loisirs ont accueilli des personnes retraitées sur des actions de lecture de contes auprès des plus jeunes, mais aussi sur un projet autour des vieux objets (téléphone à cadran, machine à écrire).
  • Des actions intergénérationnelles dans les résidences autonomie sont menées.
  • La collectivité a également accueilli un jeune en service civique chargé de la solidarité envers les séniors.

Ouvrir les cantines scolaires aux personnes retraitées pour des déjeuners intergénérationnels dès la rentrée 2020 (en cours)

L’action est en cours de création. Elle sera réalisée à partir de 2024 dans le cadre de la reprise en régie publique de la restauration scolaire.

Encourager toutes les actions propices au maintien de l’autonomie : avec les bailleurs sociaux, les mutuelles et les caisses de retraite, envisager de nouvelles structures d’accueil intergénérationnelles avec des salles communes partagées et des services (en cours)

Cf. les éléments plus haut sur cette page.

Renforcer l’accès à la culture, au sport et aux loisirs pour toutes et tous (en cours)

  • Le Pass Blois culture a été renouvelé. Il continue d’offrir aux Blésoises et aux Blésois l’accès gratuit et à volonté aux différents lieux culturels et touristiques de la Ville (Château royal, Maison de la magie, Fondation du doute, Centre de la Résistance, Muséum, etc.). Nouveauté pour cette édition, votre Pass peut être dématérialisé et accessible de votre téléphone. Plus de 10 000 pass ont été délivrés à ce jour. Des offres découvertes sont également proposées chaque mois et relayées ici-même sur Blois.fr dans Blois mag.
  • Des actions culturelles gratuites sont organisées dans tous les quartiers de la ville, notamment dans et par les centres sociaux. Certaines s’intègrent aux programmations Quartiers d’été ou Des Lyres d’été.
  • Des projets participatifs sont également organisés en lien avec les centres sociaux (carnaval, Des Lyres d’hiver, etc.).
  • Des actions de médiation culurelle sont proposées (Ciné Marmots, une œuvre dans mon école, chant choral, etc.). L’Espace Mirabeau se rend également vers un public extérieur pour proposer des activités.
  • Les décors sur l’escalier Denis-Papin participent de cette volonté d’amener l’art dans la rue, de même que les fresques artistiques réalisées sur les murs (Loisel rue du Bourg-neuf, Alber rue Molière, etc.).
  • Concernant le sport, des actions sportives gratuites sont proposées dans le cadre de Quartiers d’été.
  • Les animations sportives municipales s’adressent à toutes et tous dès l’âge de 4 ans, tandis que des séances de sports santé sont dédiées pour les plus de 55 ans.
  • Un parcours citoyen, civique et culturel est organisé pour les scolaires sous forme d’un rallye sportif. Les classes participantes suivent des parcours où elles doivent visiter les lieux emblématiques de Blois tout en répondant à des questionnaires de culture générale.
  • Enfin, la mise en place d’un macadam scolaire est proposé aux écoles, avec une épreuve dans le cadre scolaire d’entraînement à la course.
Inauguration des nouveaux locaux de l’UM 41.

Sous-partie 3
Une ville qui favorise l’accès aux soins

En photo ci-dessus : inauguration des nouveaux locaux d’UM 41, 5 rue Louis-Bernicot (photo © N. Wietrich)

Aider et favoriser l’installation de médecins généralistes et spécialistes par le développement des maisons de santé pluridisciplinaires ou centres de santé (en cours)

  • La Ville a fait l’acquisition de la maison de santé, rue des Corderies en Vienne et travaille à l’installation de professions médicales et paramédicales.
  • La collectivité accompagne également le centre médical UM 41 et la maison de santé pluridisciplinaire Rabelais.
  • Des discussions sont en cours avec la Région pour l’installation de médecins salariés.

Accompagner le plan santé régional, en partenariat avec l’hôpital public (salariat de médecins, accès aux soins, prévention, etc.) (en cours)

  • La Ville s’est inscrite dans le dispositif « GIP pro santé » de la Région Centre–Val-de-Loire. Ce dispositif doit permettre de développer à Blois l’installation de médecins salariés par la Région Centre–Val-de-Loire au sein de centres de santé, pour faire face à la désertification médicale.
  • La Ville accueille régulièrement de jeunes pros de santé en formation, soit à la résidence Barbara, dans le cadre d’un partenariat entre le CIAS du Blaisois et le Département, ou dans des logements temporaires, pendant leurs études, en espérant pouvoir les voir revenir dans quelques années.

Étendre le contrat local de santé à l’échelle de l’agglomération par une animation en réseaux de tous les acteurs des parcours de soins (réalisé)

Le nouveau contrat local de santé signé par la Ville de Blois en janvier a été étendu à l’ensemble des communes d’Agglopolys. Organisé autour de 4 thèmes de travail :

  • vieillir en bonne santé 
  • favoriser le bien-être de toutes et tous et la santé mentale ;
  • agir sur les déterminants de santé ;
  • faciliter l’accès aux soins au plus près des habitantes et habitants.

Il structure les actions de la Ville et de l’Agglomération en matière de santé. Depuis sa signature, plusieurs actions de rencontres des pros ont déjà eu lieu afin de permettre de mieux connaître les actions sur le territoire, de faciliter les actions de prévention et donner envie aux acteurs médicaux et para-médicaux de s’installer et travailler ensemble à Blois.

Développer le sport santé (modules sportifs de plein air) en partenariat avec les associations sportives et les éducateurs de la ville (en cours)

  • Des modules ont été installés à la Creusille dans le cadre du budget participatif. Un parcours santé a, quant à lui, été réalisé sur la levée des Tuileries, avec les instances consultatives. 5 séances de sport santé par semaine sont proposées pour les plus de 55 ans.
  • À Mirabeau, l’Ufolep propose des séances de sport 100 % féminin, une fois par semaine.
  • La mise en place du plan vélo-piéton va également contribuer à la pratique du vélo et des déplacements doux.

Étudier la création d’une « mutuelle communale »permettant de financer une part des soins non remboursés (réalisé)

Une mutuelle de santé solidaire va bientôt être proposée aux Blésoises et Blésois qui le souhaitent. La Ville a lancé un appel à partenariat en mars 2023. La société retenue sera connue fin septembre 2023. Elle vous proposera une complémentaire, sans questionnaire de santé à remplir au préalable.

Sous-partie 4
Une ville qui s’engage pour l’accès à l’emploi

Compléter la mise en œuvre du dispositif territoire zéro chômeur (réalisé)

Agglopolys et la Ville de Blois rejoignent à compter de septembre 2023 l’expérimentation nationale « Territoire zéro chômeur longue durée » (périmètre Quinière, Cabochon, Médicis, Gambetta). L’objectif : proposer à toutes les personnes privées durablement d’emploi qui le souhaitent un emploi à durée indéterminée et à temps choisi, adapté à leur savoir-faire. Les travailleuses et travailleurs sociaux du CIAS du Blaisois participent activement au déploiement du dispositif, orientent les personnes privées d’emploi du secteur et animent des réunions d’information.

Participer aux dispositifs de formation des personnes privées d’emploi en lien avec le conseil régional Centre–Val-de-Loire (en cours)

  • Le CIAS du Blaisois a mis en place deux « DEFI » en lien avec la Région (Développement de l’emploi par des formations inclusives). L’objectif de cette démarche est d’assurer la convergence entre les besoins des entreprises et les compétences développées par les stagiaires, afin de déboucher sur un recrutement pérenne à l’issue de la formation : un DEFI agent de soins et un DEFI assistant de vie aux familles. 5 personnes sont engagées, 4 diplômées et 3 personnes embauchées au service d’aide à domicile.
  • En parallèle, une action dans le cadre de l’attractivité des métiers du grand âge est menée (le CIAS est membre du CODEVE — comité pour le développement de l’emploi — attractivité des métiers du grand âge).
  • La Ville et Agglopolys sont engagées dans le dispositif national « Territoire zéro chômeur longue durée ».
  • Le service Jeunesse est également acteur via l’opération Jobs d’été et l’expérimentation du Permis citoyen, important dans la mobilité des jeunes pour trouver un emploi.

Maintenir notre accompagnement à la Maison de l’emploi, à la Mission locale, ainsi qu’à tous les dispositifs partenariaux et de formation (développement des clauses d’insertion, etc.) (réalisé)

  • En accord avec les objectifs fixés dans le contrat de ville en matière d’accompagnement renforcé des publics éloignés de l’emploi, la Ville a poursuivi son partenariat avec les structures de la formation et de l’insertion professionnelle. À ce titre, la Ville a soutenu plusieurs projets et actions menées par la Maison de l’Emploi, comme le Rallye de l’emploi ou encore l’expérimentation « Territoire zéro chômeur longue durée », à travers lesquels la collectivité est pleinement impliquée.
  • Les clauses sociales d’insertion ont également été confiées à la structure dans le cadre du PRUir.
  • Depuis le début de l’année, les activités de la Maison de l’Emploi ont été reprises par Agglopolys.
  • Au titre du repérage et de l’accompagnement des jeunes descolarisés et sans emploi, la Ville soutient depuis plusieurs années la Mission locale au travers de son action « aller vers », sur l’espace public et récemment dans l’installation d’une antenne de la structure place Lorjou, au cœur des quartiers prioritaires.

Réalisés mais non prévus

Soutien à la population pendant la pandémie Covid-19

Le début du mandat a été marqué par la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. À chaque étape de cette crise, la Ville a apporté son soutien aux administrés.

  • Pendant les différentes phases de confinement, un centre d’accueil téléphonique a été mis en place pour renseigner la population et répondre aux différents problèmes rencontrés.
  • Le site internet de la Ville était actualisé régulièrement, avec les dernières informations à savoir.
  • L’accueil des enfants des personnels de santé et autres professions indispensables à la gestion de crise a été assuré en permanence.
  • Un service de livraison de course à domicile a été créé, ainsi que des micro-marchés dans les différents quartiers (certains perdurent comme aux Provinces).
  • Une cellule de confection et de distribution de masques tissus a été organisée lorsque cela a été nécessaire.
  • L’Espace Jorge- Semprun a accueilli les premiers centres de dépistage, puis le premier centre de vaccination qui est rapidement passé de 60 à 300 vaccinations par jour. Lorsque la disponibilité des vaccins l’a permis, ce centre de vaccination a été transféré au Jeu de Paume pour permettre l’administration de plus de 1 000 vaccins par jour.
Soutien à l’aide alimentaire…

…par des aides financières ponctuelles mais aussi par une aide structurelle pour la préfiguration d’un système plus vertueux. Le projet Parmentier expérimente depuis 2021 un circuit court solidaire avec les associations d’aides alimentaires de Blois. Le CIAS et le Pays des châteaux participent à ce projet local qui permet aux personnes en précarité se rendant dans les structures d’aide alimentaire, d’avoir accès à des produits frais et locaux, sains et de qualité, approvisionnés en circuit court auprès de producteurs de proximité.

Les associations de l’aide alimentaire constatent que les dons collectés en produits frais auprès des grandes surfaces sont en constante diminution, de qualité médiocre et insatisfaisante. L’objectif est d’inverser la tendance : passer d’une alimentation subie à une alimentation choisie en achetant des produits frais et de saison qui soient issus des filières de production durables présentes sur le territoire, achetés aux producteurs à leur juste prix et qui soient accessibles aux ayant droits de l’aide alimentaire.