Aménagement des jardins de la terrasse du Foix

patrimoine culturel parcs, jardins et espaces naturels

Published on

Jardins de la terrasse du Foix : rétrospective du chantier — © Flyway Drone

En évocation des jardins royaux disparus, ce nouvel écrin de verdure de 2 000 mètres carrés puise ses racines dans l’histoire du Château. Ce lieu ombragé par des arbres centenaires permet une pause poétique, imaginé en hommage à Anne de Bretagne et Gaston d’Orléans, deux figures emblématiques de Blois, passionnées de botanique.

Élégant et raffiné, cet espace, à la configuration contemporaine, est aménagé de plusieurs terrasses et recouvert d’arbustes et de fleurs anciennes, propice à la flânerie et au repos.

Rattachée à la Tour du Foix, ces jardins réhabilités surplombent la vieille ville et offrent au public un belvédère unique sur la Loire.

  • Les jardins sont ouverts depuis début juillet.
  • Renseignements sur le site du Château ou par téléphone, au 02 54 90 33 33

Une question à…

Elisabeth Latrémolière, directrice du Château royal et conservatrice en chef des musées de Blois.

Comment ce projet s’inscrit-il dans la politique de développement culturel et touristique du Château ?

L’idée était d’offrir à la fois des espaces de repos et d’ombrage au public, tout en valorisant les différents éléments historiques remarquables. Sur le plan culturel et patrimonial, il s’agissait d’expliquer comment cette terrasse était à la Renaissance un espace bâti faisant partie du domaine royal (on y trouvait notamment la cour des comptes).

Un projet rendu possible grâce au mécénat

L’aménagement de la Terrasse du Foix a été possible grâce à la participation de huit mécènes à hauteur de 56 % du coût total de 504 552 €. La banque CIC Ouest, grand mécène, a financé le projet grâce à un mécénat exceptionnel de 180 000 €. Merci également à : A4 Nature, Gabriels Espaces verts, TAE 41, Barbosa construction, BR Wood, Flyway Drone (qui ont réalisé la vidéo ci-dessous) et l’entreprise Lefèvre pour leur mécénat de compétences. 122 052 € HT sont financés par la Ville de Blois, et 100 000 € HT par la Région Centre–Val-de-Loire.