Agrandir l'image
Exercice réalisé pour la pose des batardeaux pour fermer la digue avenue Wilson.

risques majeurs

Risques majeurs : Blois en ordre de marche

Parce que les risques évoluent et les connaissances progressent, il est nécessaire de revoir périodiquement l’organisation à mettre en place pour faire face à des risques majeurs. C’est ce que la Ville vient de faire. Explications.

Publié le

Événement météorologique extrême, inondation, accident industriel… personne n’est jamais vraiment à l’abri et la meilleure façon de gérer une telle situation au mieux est de s’y préparer « au cas où ». C’est dans cet objectif que la Ville a revu récemment son plan communal de sauvegarde (PCS), approuvé fin décembre. Il prévoit notamment les mesures à prendre en cas de crise. Car le maire a des obligations en matière de mise à l’abri des populations et de continuité du service public.

Tenir compte des nouveaux risques

Étés plus chauds et plus secs, périodes pluvieuses plus rares mais plus intenses… les conditions météorologiques évoluent. Elles ont été à l’origine par exemple de feux en Sologne l’été dernier qui ont mobilisé les pompiers. De même, le risque attentat est désormais pris en compte dans les PCS.

Le risque inondation est également intégré avec de meilleures connaissances sur la tenue des digues qui bordent la Loire : le risque de rupture des digues figure désormais dans le PCS, avec un plan d’évacuation adapté. Des travaux de fiabilisation des digues et du déversoir de la Bouillie vont par ailleurs être réalisés en 2020 et 2021 ; ils seront financés par Agglopolys et l’État pour un montant total de 1,2 million d’euros. Autant d’éléments qui ont guidé le travail de révision.

De même, le dispositif d’alerte de masse, désormais totalement confié à la Ville, reposera sur les sirènes, remises aux normes avec la possibilité de les gérer à distance.

S’adapter aux organisations

Le plan communal de sauvegarde décrit concrètement « qui fait quoi » en cas de crise. Aussi, fallait-il qu’il prenne en compte les changements d’organisation des services municipaux car certains d’entre eux sont désormais mutualisés avec Agglopolys. Cela a permis d’impliquer les services dans ce travail et de s’assurer que tout le monde s’approprie la démarche et les procédures en cas d’alerte. En parallèle, les plans de continuité d’activité sont élaborés pour permettre aux services publics « indispensables » de fonctionner, même en « mode dégradé » : déchets, eau potable, police municipale, état civil… Tout ce travail a été mené en partenariat avec les services de la préfecture qui resterait le pilote en cas de crise majeure dépassant les moyens de la collectivité. Ont été aussi impliqués les services de secours (Sdis) et de sécurité civile.

Tout le monde est concerné

Pour savoir comment se comporter en cas de risques majeurs avérés, le document d’information communal sur les risques majeurs sera prochainement en ligne ici-même.

Par Camille Jaunet