santé

Covid-19 : où le port du masque est-il obligatoire ?

Pour enrayer les contaminations, le port du masque est obligatoire dans certaines situations.

Publié le

Page mise à jour le 19 mai 2022

Où le masque est-il obligatoire ?

Le Gouvernement a décidé la suspension de l’obligation du port d’un masque dans la plupart des lieux. Il reste cependant exigé pour le personnel soignant, les personnes accueillies dans les lieux de santé ou de soins (notamment les hôpitaux, les pharmacies, ou encore les laboratoires de biologie médicale).

Il reste également recommandé aux personnes dépistées positives, symptomatiques, ou professionnelles de santé.

Enfin, les personnes qui souhaitent continuer à le porter et/ou y sont contraintes médicalement restent libres de le faire.

Cette page a été mise à jour à plusieurs reprises depuis sa publication :

  • en 2020 :
    • fin août (nouvel arrêté préfectoral étendant la période et la zone de l’obligation),
    • en septembre (nouvel arrêté préfectoral créant une exception pour les personnes pratiquant une activité physique ou sportive),
    • en octobre (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation),
    • en décembre (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation) ;
  • en 2021 :
    • en janvier (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation),
    • en février (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation),
    • en mars (nouvel arrêté préfectoral étendant la période et la zone de l’obligation),
    • mi avril et fin avril (nouveaux arrêtés préfectoraux prolongeant la période de l’obligation),
    • mi mai (nouvel arrêté préfectoral réduisant la zone et prolongeant la période de l’obligation),
    • début juin (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation),
    • mi juin (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation et réduisant les situations concernées),
    • mi octobre (nouveaux arrêtés prolongeant la période de l’obligation et étendant les lieux municipaux concernés),
    • début novembre (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période de l’obligation),
    • mi novembre (nouvel arrêté préfectoral prolongeant la période et la zone de l’obligation) ;
  • en 2022 :
    • début février (fin de l’obligation du port du masque en extérieur) ;
    • le 14 mars (fin de l’obligation du port du masque en intérieur, sauf dans les transports en commun).
  • Avant de mettre ou d'enlever le masque, lavez-vous les mains avec de l'eau et du savon ou une solution hydroalcoolique.
  • Pour le mettre :
    • tenez le masque par les lanières élastiques ;
    • ajustez le masque de façon à recouvrir le nez, la bouche et le menton.
  • Pour l’enlever, décrochez le masque par les lanières uniquement.
  • Il faut changer le masque :
    • quand vous l'avez porté 4 heures ;
    • quand vous souhaitez boire ou manger ;
    • s’il s’humidifie ;
    • s’il est endommagé.
  • À ne pas faire :
    • évitez de le toucher et de le déplacer ;
    • ne mettez pas le sac dans votre poche ou dans votre sac après l’avoir porté. En attendant de le laver, isolez-le dans un sac ;
    • ne le mettez jamais en position d’attente sur le front ou sur le menton ;
    • si vous êtes malade, le masque « grand public » n’est pas adapté — demandez l’avis de votre médecin ;
    • le masque « grand public » n’est pas adapté au personnel soignant.

Attention : le masque ne remplace pas les gestes barrière ; il n’ajoute qu’une barrière physique lorsque vous êtes en contact étroit avec d’autres personnes :

  • lavez-vous régulièrement les mains ;
  • toussez ou éternuez dans un mouchoir ou dans votre coude ;
  • utilisez des mouchoirs à usage unique et jetez-le aux endroits prévus à cet effet ;
  • saluez sans se serrer la main ;
  • évitez les embrassades ;
  • respectez une distance d’un mètre avec les autres personnes.

Les foulards ou les écharpes ne sont pas suffisantes. Les mailles de leur tissu laissent passer les virus. Aucune étude à ce jour n’en a démontré l’efficacité. De plus, ils exposent au risque de se toucher plus fréquemment le visage qu’avec un masque, et donc se contaminer à travers les mains.

Les visières sont un moyen supplémentaire de protection face aux virus transmis par les gouttelettes. Néanmoins, elles n’ont pas pour vocation de remplacer les masques pour le grand public.