Rentrée 2020 : retour sur les bancs de l’école

C’est une rentrée un peu particulière qui s’annonce en septembre. Malgré la reprise progressive avant l’été, les enfants ont pu pâtir du confinement, même si de nombreuses actions ont été mises en place pour lutter contre le décrochage scolaire.

éducation enfance et jeunesse

Publié le

Modalités pratiques de la rentrée

Consultez notre article dédié aux réponses de la Ville face aux enjeux sanitaires et éducatifs.

Inscriptions dans le quartier Nord

Une annexe du Guichet unique est exceptionnellement ouverte dans le quartier Nord pour faciliter les inscriptions des enfants à l’ALP et à la restauration scolaire.

Rendez-vous :

  • le mardi 31 août, de 13 h 45 à 16 h 30
  • et du mardi 1er au vendredi 4 septembre, de 8 h 45 à 12 h 15 et de 13 h 45 à 16 h 30

…dans les locaux de la Bourse du Travail (avenue de l’Europe, arrêt « Europe » de la ligne de bus B, à côté de la mosquée)

La Ville organisée pour accompagner les élèves et les parents pendant le confinement

La reprise des cours après le déconfinement s’est faite progressivement à Blois. Au 2 juin, 1 711 enfants sur un total de 4 700 élèves avaient retrouvé le chemin de l’école. Après le 22 juin et le retour obligatoire à l’école, entre 80 à 95 % des élèves étaients présents en fonction des écoles.

Ainsi, dans le cadre du Programme de réussite éducative (PRE) mis en œuvre dans les quartiers Nord, Cornillettes et Quinière, près de 350 séances individuelles de soutien scolaire personnalisé ont été proposées en visioconférence du 1er avril au 30 juin. Le bilan partagé est très positif : les enfants ont progressé en autonomie, en organisation et à l’oral, les animatrices se sont senties utiles dans cette période de confinement, les parents ont été rassurés de cet accompagnement individualisé, l’équipe enseignante a constaté les bienfaits de ce soutien.

De même, des initiatives des équipes enseignantes ont permis, par exemple à l’école Croix-Chevallier–Mandela et aux collèges Bégon et Rabelais, d’organiser des réunions hebdomadaires avec les parents pour leur remettre les devoirs à faire et ainsi garder le lien avec les familles.

Enfin, grâce au dispositif 2S2C (sport santé civisme et culture), mis en œuvre par la Ville, les enfants ont pu profiter d’activités ludiques complémentaires aux enseignements dès la reprise de l’école lorsqu’ils n’avaient pas cours.

Les dispositifs de pré-rentrée

Pendant l’été, l’école ouverte, proposée fin août, a associé cours le matin et activités ludiques l’après-midi pour les collégiennes et collégiens de Rabelais et Bégon.

Sans oublier le dispositif « En route vers l’école » de la Ville, qui a proposé, la dernière semaine d’août, des ateliers ludiques et apprenants pour une reprise de l’école en douceur, à destination des élèves de la grande section au collège des quartiers Nord, Cornillettes et Quinière.

Enfin, l’aide aux leçons, effectuée par des volontaires dans les équipes enseignantes et qui avait été suspendue pendant la période de confinement, reprendra du service dès octobre pour accompagner au mieux les élèves et limiter le décrochage scolaire.

L’équipe des Atsem s’étoffe

C’était un engagement de campagne : renforcer le nombre d’Atsem pour améliorer les conditions de prise en charge des enfants dans les classes de maternelle. L’objectif fixé est d’une Atsem par classe d’ici au premier trimestre 2021. Un renforcement qui nécessite le recrutement de 10 Atsem qui se fera au cours de l’année scolaire, pour un budget supplémentaire annuel de 330 000 € (240 000 € financés par la Ville et 90 000 € financés par Cité éducative). Pour rappel, les Atsem interviennent notamment sur trois missions : l’assistance pédagogique, la participation à l’entretien des locaux et l’aide à la restauration.

Blois, Cité éducative

Le renforcement du nombre d’Atsem dans les maternelles de Blois bénéficie d’un soutien financier de l’État dans le cadre du programme national Cité éducative. Blois, labellisée, bénéficiera d’une enveloppe de 1 million d’euros d’ici 2022 pour renforcer son action visant la réussite des jeunes jusqu’à 25 ans, qui habitent dans les quartiers prioritaires.

Outre l’aspect financier, le fil rouge de ce programme, piloté par la Ville, la préfecture et l’Éducation nationale, est la coordination entre les différents acteurs et actrices agissant pour les jeunes en matière d’enseignement, de formation, de culture ou encore de sport. Une grande alliance qui permettra d’être plus efficace et pertinent dans les actions mises en œuvre.

Ainsi, un plan d’actions a été élaboré, avec 17 axes de travail comme, le développement des Microfolies de la Maison de Bégon, le financement d’une ou d’un nouveau référent « Réussite éducative » pour accompagner davantage d’enfants, le soutien à l’association Zup de co qui propose du soutien scolaire, le développement d’ateliers sur la parentalité ou encore l’égalité entre les filles et les garçons, etc.

Rencontres des Villes éducatrices

Membre du Réseau français des Villes éducatrices, Blois accueillera en novembre prochain les Rencontres du Réseau. Ce rassemblement a pour vocation de favoriser les échanges des élues et élus locaux, sur toutes les questions liées aux politiques éducatives territoriales. Les Rencontres sont organisées dans le cadre de l’assemblée générale mais leur permettent surtout aux de partager leurs pratiques respectives, à partir des actions menées par la ville d’accueil. L’occasion pour Blois de montrer son dynamisme en la matière.
 

 

Coup de neuf

L’été est toujours propice à la réalisation de travaux pour améliorer le confort dans les écoles. Cet été, ils ont par exemple permis de renforcer les économies d’énergie avec le changement des menuiseries (élémentaire Foch, école Marguerite- Audoux), de renforcer la sécurité avec des mises en conformité électrique (élémentaires Molière, Sarazines–Simone-Weil, Victor-Hugo) ou encore de rénover les bâtiments (peintures des murs, portes radiateurs, portails, réfection des sols, etc.). Sans oublier les interventions pour petits ajustements réalisées en régie : installation de panneaux de liège, patères, porte-manteaux, étagères, réalisation de lignage sur les tableaux, réglage des portes et fenêtres, changement de robinets, reprise ponctuelle de peinture, reprise des peintures des jeux de cour d’école, etc.

Des écoles aux noms de grandes figures féminines

Le projet est engagé depuis quelques temps. Il a pour objectif de nommer davantage d’équipements publics avec des noms de femmes célèbres afin de rééquilibrer avec les noms masculins omniprésents sur l’espace public. La démarche a mobilisé les Blésoises et les Blésois qui ont fait des suggestions puis choisi parmi une liste de noms.

Aujourd’hui, les écoles que l’on nommait jusqu’à présent par leur situation géographique se voient associer un nouveau nom.

Ainsi, l’école Foix devient Louise Michel, l’école Picardie s’appelle Olympe de Gouges, l’école Bel-air prend le nom de Joséphine Marchais, l’école des Remparts devient Simone de Beauvoir, l’école des Hautes-Saules s’appelle Cécile Rol-Tanguy et les Sarazines devient Simone Weil.

Une question à Benjamin Vételé

Adjoint au maire en charge de l’Éducation et des Affaires scolaires.
 

Quel est pour vous le principal enjeu de cette rentrée ?

Après la période que nous avons vécue avant l’été, il est essentiel que les enfants retrouvent dans les meilleures conditions possibles leur place à l’école pour apprendre et s’épanouir. Aussi, nous nous sommes organisés pour accompagner le personnel enseignant en améliorant leurs conditions des travail (fournitures, plan numérique) mais aussi les familles (soutien à la parentalité, activités périscolaires, etc.). Nous soutenons aussi les projets pédagogiques des écoles et les actions socio-éducatives des centres de loisirs, associations et maisons de quartier. Nous allons aussi continuer à innover pour adapter toujours plus l’école à son environnement, par exemple en encourageant l’expression de la citoyenneté chez les enfants et les actions en matière de développement durable.

Démarches et informations pratiques sur l’Espace Famille