sécheresse

Sécheresse et fissures : Blois reconnue en état de catastrophe naturelle pour 2019

L’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour la ville de Blois pour la période du 1er juillet au 30 septembre 2019, au titre des « mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols ». L’arrêté ministériel daté du 15 septembre 2020 a été publié ce dimanche 25 octobre 2020 au Journal officiel.

Publié le

En 2019, la Ville de Blois avait demandé officiellement que l’état de catastrophe naturelle soit reconnu suite à la sécheresse de l’année 2019.

En effet, la Ville avait entrepris une campagne d’information pour recenser les habitantes et habitants affectés (fissures dans les maisons suite au retrait-gonflement des argiles). 300 foyers se sont manifestés. L’ensemble des déclarations de sinistre a ainsi été regroupé et transmis aux services de l’État.

Les personnes affectées disposent de 10 jours à compter d’aujourd’hui (soit jusqu’au mardi 3 novembre 2020) pour se déclarer ou reprendre contact avec leur compagnie d’assurance et transmettre un état estimatif des dégâts (si cela n’avait pas déjà été fait).

L’état de catastrophe naturelle est une situation dont la reconnaissance, par le ministère de l’Intérieur, permet l’indemnisation systématique des victimes des dommages provoqués par divers agents naturels tels que des inondations, une sécheresse, etc.

Une partie du territoire communal située plutôt à l’ouest est constituée de sols argileux. Ces sols possèdent la propriété de voir leur consistance se modifier en fonction de leur teneur en eau. Ainsi, en contexte humide, les sols argileux se présentent comme souples et malléables, tandis que ce même sol desséché sera dur et cassant. Des variations de volumes plus ou moins conséquentes en fonction de la structure du sol et des minéraux en présence, accompagnent ces modifications de consistance.

Ainsi, lorsque la teneur en eau augmente dans un sol argileux, on assiste à une augmentation du volume de ce sol — on parle alors de « gonflement des argiles ». Un déficit en eau provoquera un phénomène inverse de rétractation ou « retrait des argiles ». Au final, les sols « travaillent » et soumettent les bâtiments présents à des fluctuations de terrain pour lesquelles ils n’ont pas été conçus.

Le phénomène est d’autant plus amplifié que les précipitations sont rares.

Afin d’informer au mieux la population, une campagne d’appels téléphoniques, en direction des habitantes et habitants qui avaient réalisé leur déclaration auprès de la Ville, est organisée dès aujourd’hui. Un courrier d’information leur sera également diffusé dès demain.

Source

Consulter l’arrêté du 15 septembre 2020 de déclaration de l’état de catastrophe naturelle.