Réaction de Marc Gricourt, maire de Blois, suite à l’accident dramatique et aux violences qui ont suivi

Publié le

« Hier, en début de soirée, après un contrôle effectué par la police nationale (BAC), un véhicule a pris la fuite, menant une conduite extrêmement dangereuse, emboutissant d’autres véhicules et terminant sa course sur le toit. Contrairement aux rumeurs, il n'a pas été fait usage d'armes à feu pour intercepter le véhicule.

Aussitôt, de nombreux services de secours et de police ont été dépêchés sur place afin de venir en aide aux victimes.

Dans un temps bref, au regard, semble-t-il, de rumeurs sur les réseaux sociaux, se sont regroupés plusieurs dizaines d’individus hostiles aux forces de l’ordre. Dans les heures qui ont suivi, sont nés des phénomènes de violences urbaines intenses. Ces violences, inacceptables, ont entraîné des heurts entre ces individus et les forces de l’ordre. Elles ont provoqué des dommages matériels importants et inquiété la population dont l’extrême majorité aspire, à juste titre, à une vie paisible.

De tels événements ne s’étaient pas produits depuis l’automne 2014. Ils ont franchi un cap supérieur quand un véhicule a été projeté directement contre les forces de l’ordre et de maintien de la paix sur place, dont les policiers municipaux, à qui je veux rendre hommage.

Toute la soirée, en liens étroits et permanents avec les forces de sécurité et le préfet, étant moi-même sur le site du centre de surveillance urbaine, le retour progressif à la tranquillité a été rendu possible notamment grâce à la mobilisation de forces policières et de gendarmerie extérieures au département.

Toute la soirée, des rumeurs, parfois extravagantes, ont défilé sur les réseaux sociaux, ces dernières n’ont évidemment pas concouru ni au calme, ni à la vérité.

Je reste en attente des précisions sur les circonstances exactes, tant du contrôle de police que des suites malheureuses qui en ont découlé.

J’appelle au calme et à la responsabilité de toutes et tous, dans le quartier, dans la ville. Ces faits de violence sont inexcusables. La sécurité est la première des libertés, les biens publics détruits, les dégâts occasionnés sur les biens privés affectent en premier lieu les riverains les plus proches, ces habitants du quartier qui collectivement souffrent aujourd’hui de l’image donnée, éloignée de la réalité vécue.

Aux parents, aux grands-parents, aux acteurs publics, associatifs ou privés de rappeler les règles du collectif et à ne pas se fier aux désinformations qui sont sources de nombreux dangers. Dès aujourd'hui, les équipes pluridisciplinaires de la Ville et de ses partenaires iront sur le terrain à la rencontre de la population.

La Ville mettra tous ses moyens, aux côtés des forces de l’ordre de l’État, pour garantir un retour au calme rapide et une compréhension saine des événements d’hier. Je contacterai ce jour le ministre de l'Intérieur, qui ne m'a pas encore appelé, pour lui réexprimer nos attentes anciennes sur les moyens de police dans notre ville. »

— Marc Gricourt, maire de Blois

« Les évènements de violences urbaines de mardi soir ont été traumatisants pour beaucoup d’habitants de notre ville et des quartiers nord en particulier. Je ne reviendrai pas sur ce qui les a déclenchés, l’origine de l’accident dramatique, j’ai eu l’occasion de m’exprimer dans les médias et par un communiqué. Cette situation de violences a été largement condamnée. Je veux à nouveau saluer le travail des forces de sécurité civile mobilisées  qui ont permis le retour à la tranquillité attendue par les habitants ; tranquillité et sécurité qui sont pour moi un droit fondamental dans la République.

Aujourd’hui, j’ai pris attache avec les deux dames blessées dans l’accident et dont l’état de santé ne semble heureusement pas préoccupant. Mais je sais le choc psychologique que représente un accident aussi violent. Je leur adresse mes vœux de bon rétablissement. J’ai pris également attache avec la maman du jeune Yanis gravement blessé, hospitalisé à Tours et malheureusement décédé ce jeudi après-midi. Je me suis rendu à son domicile pour lui adresser mes condoléances.

Aucun évènement, quelles qu’en soient les causes, ne peut nous dédouaner d’humanité. L’humain doit rester avant tout le guide de notre mission, de notre engagement et malgré la douleur de cette mère, j’ai pu mesurer sa grande dignité ; l’expression de son attente et de sa confiance en la police dans le travail d’enquête pour la vérité et son appel à l’apaisement par respect pour elle et son fils.

Dans ma vie d’élu, il est de très nombreux moments de bonheur, il est aussi des moments de difficultés, de colère, de tristesse dont on se dispenserait. Restons confiants et volontaires dans notre capacité collective, la ville, les associations, institutions, l’Etat, à continuer le travail pour l’éducation de nos enfants et nos jeunes, l’insertion sociale, professionnelle, citoyenne et républicaine dans une ville apaisée et tranquille où il fait bon vivre. Mon engagement n’est motivé que par ces objectifs. »

— Marc Gricourt, maire de Blois

Communiqué complémentaire de la Ville

mercredi 17 mars 2021, 16 h 55

Contrairement aux informations qui circulent, aucune crèche n’a été endommagée suite aux violences de la nuit dernière à Blois.

Soyons vigilantes et vigilants : de fausses informations circulent, vérifions nos sources et ne diffusons pas de rumeurs ou d’informations non vérifiées quel que soit le support (sites web, réseaux sociaux, méls, etc.).