William Théry et la vigne de la Ville de Blois

Viticulteur en biodynamie, William Théry a accepté de remettre en forme et en vie la vigne de la Ville de Blois. D’ici quatre ans, un nouveau vin naturel et local devrait voir le jour.

Publié le

Saviez-vous que la Ville de Blois possède des vignes dans le secteur des Grouëts ? Cette petite parcelle de Gamay n’était plus entretenue par l’association qui en avait la charge depuis plusieurs années. La Ville a choisi de confier son exploitation à William Théry.

Le trentenaire blésois a un beau bagage dans la filière : après des études dans la vigne et le vin à Bordeaux, il s’est lancé dans un apprentissage en agronomie chez un viticulteur de Saint-Émilion ; puis a réalisé des vendanges en Californie, à Murcia en Espagne, en Thaïlande. Fort de ces expériences à l’étranger, William est revenu en terre blésoise en 2013 pour s’y installer, il apprend alors le métier pendant 8 ans chez des vignerons du Val de Loire, il réalise son premier millésime en 2015 avec des vignes de Chardonnay de 70 ans, situées à Mont-Près-Chambord.

Pendant la durée du bail avec la Ville de Blois, le jeune viticulteur va s’occuper de la parcelle de vignes des Grouëts : Il y a beaucoup d’herbe, ça puise l’énergie qu’il faut à la vigne pour se développer correctement, explique-t-il. Je vais tailler, prendre soin de la vigne et de son environnement. Celle-ci, plantée il y a une trentaine d’années, devrait permettre de faire du vin naturel d’ici trois à quatre ans.

Une partie de la production sera reversée à la Ville de Blois (consultez la page des produits b-blois).

Mais le but est double : pédagogue, William, accompagnée de sa chienne Syrah, accueillera des classes afin de partager ses connaissances sur l’agriculture biologique, la biodynamie et les cépages les identitaires locaux (Romorantin, Menu Pineau et Pineau d’Aunis), trop peu connus.

Pourquoi faire un vin naturel ?

Un vin naturel, c’est un vin sans sulfites ajoutés ou très peu, c’est un vin dont les raisins viennent de vignes cultivées en agriculture biologique. Mon objectif : zéro produit chimique. J’adore la nature, il est donc évident que je veuille en prendre soin. En surveillant la vigne et ses micro-organismes, en agissant au bon moment, on limite l’utilisation de produits chimiques. Un vrai respect de la nature pour donner des vins vivants !

Par Claire Seznec, photos © Nicolas Wietrich

Rencontre avec William Théry