risques majeurs travaux

Travaux de confortement des digues de la Loire : la protection de la population d’abord

D’importants travaux de fiabilisation des digues et des ouvrages hydrauliques de Blois seront lancés début juillet 2021, entraînant des perturbations de circulation et de stationnement, notamment du côté Vienne. Ces contraintes passagères, pour autant, sont à mesurer à l’aune de la plus grande protection que l’opération garantira durablement à des milliers de riveraines et riverains.

Publié le

Contraignants, mais nécessaires. Telle est, selon David Mathon, chef du service Prévention des risques de la DDT (direction départementale des Territoires), la teneur des travaux qui débuteront en juillet sur les digues du cœur de Blois — essentiellement côté Vienne, mais aussi sur la rive droite. Nous protégeons en priorité les zones où le risque d’inondation est le plus fort pour les populations, explique Nicolas Orgelet, vice-président d’Agglopolys en charge de la Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations).

Ainsi, les travaux permettront d’augmenter la sécurité de 6 000 riverains en Vienne, et 1 000 sur la rive droite. Ils font suite à une étude réalisée par l’État dans le cadre du plan Loire grandeur nature (PLGN), qui a mis en évidence des points de fragilité. Pour l’heure, le niveau de protection correspond “à une période de retour” de 70 ans en Vienne et de 170 ans sur la rive droite. Cela signifie que, chaque année, ces quartiers ont respectivement une chance sur 70 et une chance sur 170 de subir une crue occasionnant des dommages, explique David Mathon. Les travaux porteront ce niveau de protection à 200 ans des deux côtés.

Un budget à la hauteur des enjeux

D’un montant de 3,4 M€, l’opération, inscrite dans le cadre du plan Loire grandeur nature (PLGN), est financée à 60 % par l’État, à 35 % par Agglopolys et à 5 % par l’Europe (via le fonds Feder). Si la communauté d’agglomération s’est vu transférer la compétence Gemapi en 2018, la conduite de tels travaux ne lui sera entièrement dévolue qu’en 2024. Pour l’heure, c’est encore la direction départementale des Territoires qui en a la charge pour le compte de l’État. Et, en l’occurrence, c’est à la société SCE que cette dernière a confié la maîtrise d’œuvre des travaux à venir.

Le plus gros du chantier consistera à imperméabiliser les digues du quartier Vienne. Concernant les quais Villebois–Mareuil, Aristide-Briand et Chavigny, ainsi que la rue Pierre-Trinqueau, cette opération nécessitera le recours à la lourde technique de l’écran étanche, qui consiste à injecter un liant dans les profondeurs de la digue. Le quai Amédée-Contant bénéficiera quant à lui d’un traitement plus léger visant à rejointoyer sa maçonnerie.

Parallèlement, le chantier se penchera sur le bon fonctionnement des ouvrages hydrauliques, avec la reprise d’une quinzaine de canalisations traversant les digues des deux côtés de la Loire, et du déversoir de la Bouillie.

Fin des travaux en novembre

Le chantier entraînera des perturbations. Lors de leur traitement, les secteurs concernés par la réalisation des écrans étanches verront leur accès limité aux seuls riverains, des déviations étant mises en place pour les autres automobilistes. Ces lourds travaux débuteront en juillet sur les quais Villebois-Mareuil et Aristide Briand, et en août sur la rue Pierre Trinqueau, pour se finir début octobre. Dès lors, ils gagneront le quai Chavigny jusqu’à fin novembre. Par ailleurs, les travaux de maçonnerie du quai Amédée-Contant entraîneront une restriction de la circulation des piétons sur le quai en août et en septembre. La reprise des ouvrages hydrauliques (canalisations, clapets, vannes, déversoir de la Bouillie, etc.), quant à elle, ne devrait générer que des perturbations ponctuelles. En outre, l’itinéraire de la Loire à Vélo sera entièrement préservé durant toute la durée des travaux.

La DDT, Agglopolys et la Ville de Blois ont travaillé de concert à l’adaptation des plannings et du chantier afin de limiter au maximum l’impact sur les usagers. « Nous sommes conscients des désagréments qu’engendreront ces travaux, mais ce n’est rien face aux conséquences que pourraient avoir de futures crues si nous n’anticipons pas », conclut Nicolas Orgelet

Une machine hors-normes

Imaginée par des entreprises hollandaises, la technique dite de l’écran étanche sera employée pour imperméabiliser les digues des quais Villebois–Mareuil, Aristide-Briand et Chavigny, ainsi que de la rue Pierre-Trinqueau — où se situe la levée qui sépare la ville du déversoir.

Cette opération nécessitera l’intervention d’une impressionnante machine que les Blésoises et Blésois n’ont pour l’heure jamais vue à l’œuvre.

Semblable à une trancheuse géante, l’engin creusera le sol de la digue en profondeur (jusqu’à 10 mètres au niveau du quai Chavigny) et le mélangera de sorte à ce que puisse y être injecté un liant qui, en séchant, constituera l’écran étanche. Au total, la machine œuvrera sur un linéaire d’1,4 km.

Comment s’informer sur le chantier ?

Retrouvez les informations sur le chantier, le calendrier,
les restrictions de circulation... sur www.loir-et-cher.gouv.fr, agglopolys.fr et notre page Travaux du mois.