Des cours d’école plus vertes et inclusives

Depuis la rentrée 2021–2022, les élèves de l’école élémentaire Raphaël-Périé jouent dans une cour plus verte et plus inclusive. Un projet qui va s’étendre à d’autres écoles.

éducation enfance et jeunesse égalité des droits

Publié le

Par Claire Seznec

Cest l’un des engagements de la municipalité : désimperméabiliser et végétaliser les cours d’écoles maternelles et élémentaires pour éviter la hausse des températures lors des grandes chaleurs estivales, mais aussi les transformer pour les rendre plus ludiques et pédagogiques, inclusives, non genrée et apaisées, tout en améliorant leur accessibilité. L’école Raphaël-Périé a été choisie pour être l’école pilote de ce projet.

Après plusieurs ateliers avec l’équipe pédagogique, l’équipe enseignante, les personnels, les parents et les quelque 290 élèves, la « cour idéale » est née.

60 % de la surface d’enrobé a été retirée afin que le sol soit plus perméable, souligne Benjamin Vételé, adjoint au maire, en charge de l’Éducation. Des copeaux de bois remplacent le revêtement souple sous une structure de jeux de motricité en bois en mode parcours avec une diversité pour la mobilité et le jeu.

Un projet environnemental et pédagogique

Autour, des huttes en osier, un « amphithéâtre » pour faire classe en extérieur, un espace de discussion, une « savane » de plantes (plantations à venir), un récupérateur d’eau de pluie pour découvrir le principe de la perméabilité des sols, et des herbes aromatiques complètent cette cour d’école d’un nouveau genre. « L’idée est de stimuler l’imaginaire et la créativité des enfants ». Fini le centre de la cour dédié aux jeux de ballon « pour les garçons » ; finies les marelles en bordure de la cour « pour les filles ». Blois veut rendre la cour d’école plus verte, plus inclusive, plus apaisée, mais aussi non-genrée.

Les espaces, accessibles aux enfants en situation de handicap, ont été totalement repensés pour créer une vraie mixité. Cette cour nécessitera de définir de nouvelles règles de vie. Dans les prochaines semaines, la Ville étudiera les usages afin de voir si des évolutions doivent être apportées.

D’ici 2024, après évaluation, ce projet environnemental et éducatif ne sera que le premier d’une série. Trois autres écoles sont déjà fléchées : l’école maternelle Raphaël-Périé, l’école maternelle Les Remparts et l’école élémentaire Parodi. Chaque cour sera ainsi différente, répondant aux envies des équipes pédagogiques, des parents et des élèves. Le budget alloué à la transformation des quatre cours d’écoles s’élève à 590 000 € financés par la Ville avec l’aide de l’État à hauteur de 41 650 € via le plan de relance.

100 m² pour le périscolaire

Jusqu’à présent, les activités périscolaires du matin, du midi et du soir, de l’école Raphaël-Périé se déroulaient sous le préau et dans des classes, ici et là. Une nouvelle salle de 100m2, accessible depuis le bâtiment scolaire, a été construite pour pallier ce manque, pour un coût de 190 000 € (dont 39 575 € financés par l’État à travers la dotation de soutien à l’investissement local). Sous réserve de l’approvisionnement en matériaux des entreprises, les travaux devraient être terminés pour la rentrée de janvier 2022.