Les Rendez-vous de l’histoire au travail

Pour leur 24e édition, les Rendez-vous de l’histoire se penchent sur le thème du travail. 45 000 festivalières et festivaliers sont attendus à Blois du 6 au 10 octobre 2021, pour profiter de 5 jours de rencontres, de cinéma, d’expositions, de concerts et de spectacles. Loin de l’idée que l’on se fait du travail.

grands évènements culturels rendez-vous de l’histoire

Publié le

Revivez les évènements de clôture des Rendez-vous de l’histoire, qui se sont tenus à la Halle aux grains dimanche 10 octobre 2021, notamment le grand entretien de Florence Aubenas par Pascal Ory. 

Revivez la journée de clôture

Les Rendez-vous de l’histoire 2021 ont commencé !

Article par Anne-Sophie Perraudin

Le travail. Voilà bien un thème qui répond à l’ambition des Rendez-vous de l’histoire d’éclairer le présent à la lumière du passé. La notion existe depuis toujours, depuis que l’homme et la femme ont été chassés du paradis et qu’ils doivent travailler pour gagner leur croûte, résume Francis Chevrier, directeur du festival.

L’idée d’aborder ce « sujet majeur qui traverse toutes les périodes de l’Histoire et toutes les couches de la société », le conseil scientifique du festival (présidé par Jean-Noël Jeanneney) l’a depuis longtemps. Le moment était venu de s’y pencher, d’autant que de nouvelles problématiques viennent aujourd’hui s’ajouter à celles ancestrales : qu’est-ce que le travail ? Quelle est sa place dans nos vies ? Qu’en est-il du temps de travail, des vacances, du chômage, de la retraite ou encore du télétravail ?

Avec ce thème, nous touchons à toutes ces notions qui rythment nos vies et sont très actuelles, explique Francis Chevrier. C’est la raison pour laquelle nous l’avons choisi, même si, au premier abord, il peut sembler un peu austère. Au premier abord seulement.

1 000 personnes intervenantes, 500 rencontres, 50 films

Tout sauf austère, la programmation de cette 24e édition est à l’image de son affiche haute en couleurs. 500 rencontres y sont inscrites — cadre général, Économie aux Rendez-vous de l’Histoire et Salon du livre confondus. Au-delà se déploie tout un programme d’animations, dont un cycle cinéma de 50 films (présidé par Dominique Besnehard), des cafés et des dîners historiques, des expositions, des spectacles et des concerts.

Au total, plus de 1 000 personnes intervenantes sont attendues, à commencer par Alain Supiot, juriste et professeur au Collège de France, qui inaugurera le festival en donnant une conférence dédiée à La justice au travail (le vendredi à 19h à la Halle aux grains), et Florence Aubenas, journaliste et présidente de l’édition, qui le clôturera par un grand entretien (le dimanche à 17h) à suivre également ici-même, sur Blois.fr.

Entre les deux défileront des centaines d’historiennes et d’historiens spécialistes du travail ainsi que des personnalités de milieux divers. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, viendra débattre des ambitions et expériences historiques du syndicalisme (le dimanche à 11 h 30). Quant à son confrère Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et président de la Confédération européenne des syndicats, il se demandera « Que devient le travail ? » (le samedi à 11h30).

45 000 personnes festivalières, 8 permanentes, 80 bénévoles

En attendant que s’ouvre cette édition prometteuse, l’équipe des Rendez- vous de l’Histoire ne manque pas de travail. Composée de 8 personnes permanentes, elle doit s’apprêter à accueillir 45 000 festivalières et festivaliers. Si la tâche est colossale, l’équipe peut compter sur le soutien de nombreux partenaires — dont les services de la Ville — et sur l’aide d’une cohorte de 80 bénévoles venant de la vie civile. Parmi ces bénévoles, une majorité de personnes jeunes retraitées, mais aussi des actives et des étudiantes et étudiants, mus par l’amour de l’Histoire ou le désir de s’impliquer dans la vie locale.

Chacun vient avec ses motivations et ses compétences. Humainement, c’est très intéressant, et c’est une richesse sur laquelle nous essayons de nous appuyer, souligne Loïc Mazy-Bauget, responsable logistique et des publics. De fait, le rôle des bénévoles est essentiel notamment pour diriger et renseigner les festivaliers - en particulier, cette année, sur les consignes sanitaires - mais aussi en matière de sensibilisation et de participation au tri des déchets. Depuis que nous développons plus activement le bénévolat, les retours des visiteurs quant à l’accueil sont meilleurs, constate Loïc Mazy-Bauget. C’est aussi grâce aux bénévoles que, pour la première fois cette année, nous pouvons afficher le festival comme écoresponsable. Un vrai travail d’équipe.

Florence Aubenas présidente

Après une première participation aux Rendez-vous de l’Histoire en 2013 sur le thème de la Guerre, la journaliste Florence Aubenas revient à Blois présider la 24e édition de l’événement. Le travail est pour elle un sujet majeur, tel qu’en témoigne sa série sur L’affaire Laronze et la vie de paysan publiée cet été dans Le Monde.

Conformément à la tradition, la présidente clôturera l’édition par un grand entretien (le dimanche à 17 h à la Halle aux grains). Elle participera également à deux tables-rondes, dont une particulièrement attendue : « La réalité, mode d’emploi » (le samedi à 15 h 30 au Château).

Michelle Perrot et le travail des femmes

Pour Francis Chevrier, elle est sans aucun doute l’une des plus grandes historiennes françaises vivantes. De retour à Blois, Michelle Perrot mariera deux sujets qui lui tiennent à cœur en donnant une conférence sur Le travail des femmes (le samedi à 14 h 30 au Château). La grande dame participera également à un entretien avec Jean Birnbaum (essayiste et directeur du Monde des Livres) intitulé Le courage de la nuance (le samedi à 11 h 30 au Château).

Du beau monde au salon du Livre

C’est le plus important salon du Livre d’Histoire de France. Il prendra place comme à son habitude au cœur du festival, sur le site de la Halle aux grains où seront réunis 200 maisons d’édition et 300 autrices et auteurs en dédicace, dont beaucoup prendront la parole. Grand spécialiste de l’Histoire sociale des États-Unis et des minorités, Pap Ndiaye, qui préside le Salon cette année, participera notamment à un entretien sur Les Noirs américains, de l’indépendance à aujourd’hui (le samedi à 14 h à la Maison de la magie). Quant aux Rencontres de la biographie, elles accueilleront entre autres Francis Huster (avec Molière), Nathalie Saint-Cricq (avec Clémenceau) ou encore Guillaume Meurice (avec Triboulet, le fou du roi bien connu des Blésois).

La crise sanitaire invitée aux débats

Historique, la crise sanitaire ne pouvait pas échapper aux débats de cette 24e édition consacrée au travail qu’elle a tant affecté. Elle s’invitera notamment à la table ronde Créer de l’emploi en temps de covid (le samedi à 18h à la Maison de la magie), dont la réflexion prendra appui sur le film documentaire Refaire des masques : Le nouvel élan du textile du Nord ? (en partenariat avec France Télévisions). Elle ne manquera pas non plus de s’inviter au Salon du Livre, dans le cadre duquel Patrick Zylberman, professeur émérite à l’École des hautes études en santé publique et auteur de l’essai Oublier Wuhan, donnera une conférence sur le thème Penser la crise sanitaire avec l’Histoire (le samedi à 18 h à l’Hôtel de Ville). Sans compter tous les débats sur la santé, la sécurité ou les liens sociaux des travailleurs, les mobilités, les lieux, le devenir ou les enjeux politiques du travail, au titre desquels son évocation est aujourd’hui incontournable.

Rendez-vous de haute-volée avec l'économie

En 8 ans, le cycle L’Économie aux Rendez-vous de l’Histoire s’est imposé comme l’un des plus grands forums français en la matière. Pour preuve, la présence de personnalités plus qu’éminentes, à commencer par le Nobel Jean Tirole, président de l’édition. Parmi les rendez-vous proposés, le grand entretien avec Dominique Méda, directrice du laboratoire de sciences sociales de l’université Paris Dauphine, portera sur le thème Quel travail pour demain ? vendredi 8 octobre à 11 h 30 au Château royal. De quoi donner le ton.