LGBTQIA+ : libre d’être soi

Dans le cadre de son action globale de lutte contre les discriminations, la Ville de Blois défend la cause des personnes LGBTQIA+* à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Explications.

égalité des droits

Publié le

Retour sur la journée 2021 de lutte contre l’homophobie et la transphobie

C’est un geste symbolique fort que fera la Ville de Blois en hissant le drapeau multicolore sur la façade de l’Hôtel de Ville, le 17 mai prochain. Nous avons souhaité affirmer haut et fort que nous soutenons cette cause, précise Christelle Leclerc, adjointe en charge de l’intégration républicaine, de l’égalité et de la laïcité. Il est important de rappeler à toutes et tous que chacune et chacun doit être traité avec respect, quelles que soient son orientation sexuelle ou son identité de genre. Le 17 mai est une journée pour dénoncer le rejet des personnes homosexuelles ou transgenres (c’est à dire qui ne se reconnaissent pas entièrement ou pas du tout dans l’identité de genre assignée à leur naissance). Ainsi, pendant une semaine, le drapeau LGBTQIA+ flottera dans la cour de l’Hôtel de Ville, sa façade sud s’illuminera et quelques passages piétons seront encadrés aux couleurs LGBTQIA+. Un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel créé en 1978 qui symbolise la diversité sexuelle et de genre. Il aura fallu attendre 2005 à Blois pour commémorer, le 17 mai, l’anniversaire du jour où l’OMS a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales. C’était en 1990…

Aujourd’hui, cette question est toujours d’actualité et des associations s’impliquent au quotidien : à Blois par exemple l’Alep ou le Planning familial qui accueille régulièrement des permanences de l’association LGBT de Tours. Cette action n’est qu’un début. Nous espérons pouvoir étoffer ce 17 mai, chaque année, d’un autre évènement autour de cette cause. À plus long terme, nous espérons pouvoir dénoncer d’autres inégalités, afin d’ouvrir le débat sur ces situations discriminantes encore trop nombreuses, conclut Christelle Leclerc

*LGBTQIA+ : lesbienne, gay, bi, trans, queer, intersexe, asexuel et tous les autres

par Camille Jaunet

Pour aller plus loin

  • Série : Sex Education de Laurie Nunn (Royaume-Uni, 2019). La série décrit la vie et les tourments d’adolescentes et d’adolescents et explore les différentes sexualités de façon moderne et inclusive.
  • Documentaire : Océan de Océan (France, 2019). Autoportrait intime d’Océan qui va traverser toutes les étapes physiques, psychologiques et sentimentales de la transition « femme vers homme ». Disponible gratuitement sur Slash.
  • Documentaire : Petite fille de Sébastien Lifshitz (France, 2020). Suivez le parcours de Sasha, 7 ans, née dans un corps de garçon, mais qui se définit comme fille. Sa famille se bat pour faire comprendre sa différence.
  • Livre : Un appartement sur Uranus de Paul B. Preciado (2019, Éditions Grasset)
  • Podcast : Comment être un ou une bon ou bonne allié des personnes trans. Camille Regache, Binge Audio (épisode du 12 novembre 2020)
  • Sources : Morgan N. Lucas, formateur en genres et sexualités. Compte Instagram @morgan.noam