biodiversité

Vidéo : comment la Ville de Blois agit pour la protection des hirondelles

La Ville et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ont installé une nouvelle repasse (un système qui diffuse un enregistrement de sons émis par les oiseaux) sur la tour abritant des nids artificiels d’hirondelles aux abords de la caserne Maurice-de-Saxe. Le but ? Faire en sorte que les hirondelles repèrent ce lieu de nidification avant leur migration hivernale vers le sud. Un moyen de préserver cette variété d’oiseaux, dont l’habitat est trop souvent détruit ou déplacé en raison de travaux d’aménagements. Pour rappel, la destruction d’hirondelles ou de leurs nids (même inoccupés) est un délit passible de 3 ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

Publié le

Vidéo

La Ville de Blois agit pour la protection des hirondelles

Deux hirondelles dialoguent en voyant des agents de la Ville de Blois installer un appareil :
Hirondelle 1 : Tu as vu ? Que peuvent-ils bien fabriquer d’après toi ?
Hirondelle 2 : Aucune idée… Suis-moi, on va jeter un œil !

Florie Miard, Chargée de mission biodiversité (Ville de Blois/Agglopolys) :
Ce matin, nous avons mis en service la repasse à hirondelles. Qu’est ce que c’est? C’est un chant d’oiseau diffusé pendant la journée pour attirer les hirondelles pour qu’elles puissent venir s’installer dans les nids artificiels qui sont sur la tour. C'est opportun de le mettre en fin de saison puisque dans un mois environ, l’ensemble des hirondelles va migrer vers le sud. Et donc là, les jeunes qui vont partir vont commencer à prospecter pour rechercher des nids pour l’année prochaine. Donc c’est important qu’ils puissent repérer ce lieu avant de partir pour qu’à leur retour au printemps prochain, ils aient en tête ce site qui peut les accueillir.

Hirondelle :
C’est vrai que ça a l’air plutôt douillet !

Hélène Menou, Adjointe au maire à la nature en ville, à l’agriculture urbaine et à l’alimentation :
Il y a un effondrement des oiseaux, de la population des oiseaux sur le continent européen. En ce qui concerne les hirondelles, elles sont en déclin très, très important. La première cause de disparition des oiseaux, c’est les pesticides et les engrais, parce que ça va, comment dire, influer sur la quantité de nourriture disponible pour les oiseaux en règle générale. Donc là vraiment, il n'y a pas d'ambiguïté.
Et après, viennent d’autres facteurs tels que le réchauffement climatique et la disparition de certains habitats : On va refaire des façades et faire disparaître des lieux qui étaient favorables à la nidification.

Florie Miard, Chargée de mission biodiversité (Ville de Blois/Agglopolys) :
Le suivi des hirondelles se fait en collaboration avec la LPO du Loir-et-cher, donc la Ligue de protection des oiseaux du loir-et-cher. On les a mandatés pour qu’ils puissent suivre la population d’hirondelles sur le centre-ville et sur la tour à hirondelles qui est juste derrière nous.

Hirondelle :
Et bien à l’année prochaine Blois !

blois.fr/biodiversité
Retrouvez plus d’infos sur les engagements de la Ville de Blois en faveur de la biodiversité sur le site de la Ville