Le retour du tableau restauré de Jean-Baptiste-Claude Robin

Le tableau monumental « Jésus Christ répandant sur le globe du monde les lumières de la foi par le ministère de ses apôtres » a retrouvé l’église Saint-Nicolas de Blois après une importante restauration de 14 mois, rendue possible grâce aux financements de la Ville et de ses partenaires.

patrimoine culturel

Publié le

Lors de sa dépose en septembre 2022, le tableau n’avait pas encore été identifié avec certitude, en raison de son état dégradé. Nous pensions initialement qu’il s’agissait peut-être de l’œuvre La Transfiguration du peintre Jean-Baptiste- Claude Robin (1734–1818), daté de 1781.

La restauration a permis d’identifier pour de bon le tableau, qui s’est révélé être une autre œuvre de l’artiste : Jésus Christ répandant sur le globe du monde les lumières de la foi par le ministère de ses apôtres. Cette confusion est due à la grande similitude entre les deux tableaux au niveau de la composition. D’ailleurs, un chroniqueur s’était étonné de cette ressemblance dans l’un de ses écrits à l’occasion d’une visite au salon du Louvre, en 1783.

Dans un premier temps, Emmanuel Joyerot a mené les opérations de nettoyage de la couche picturale et de restauration du support. La consolidation des anciennes déchirures a été reprise et des incrustations textiles ont été posées pour combler les lacunes de la toile. La peinture a été imprégnée d’un consolidant, puis la toile originale a été renforcée par une toile de doublage collée avec un adhésif synthétique. Le châssis inutilisable a été remplacé par un châssis en bois dit « à tapée flottante », permettant d’ajuster la tension de la toile. Enfin, l'œuvre ainsi consolidée par son doublage a été tendue sur un nouveau châssis.

Par la suite, la toile a été transportée à l’atelier de restauration picturale pour la réintégration, c’est-à-dire la dernière opération de restauration, qui se pratique une fois le tableau nettoyé et consolidé. L’objectif de cette ultime étape est de reconstituer les manques à l’image. La restauratrice Sophie Deyrolle a procédé aux opérations de réintégration et de vernissage. Enfin, le cadre a fait également l’objet d'une restauration par Maxime Seigneury.

La restauration de cette œuvre mystérieuse a permis de lui redonner toutes ses couleurs et de reprendre place dans un édifice lui-même en cours de restauration.

  1. 1783

    Exposition du tableau au Salon du Louvre

  2. 2003

    Classement au titre des monuments historiques

  3. 2022

    Départ en restauration

  4. 2023

    Retour du tableau restauré en l’église Saint-Nicolas

Cette restauration à hauteur de 58 800 € a été financée par : la Ville de Blois, la direction régionale des Affaires culturelles, le mécénat d'Histoire & Patrimoine et de la Fondation Isabelle-et-Hubert-d’Ornano.