santé

Épisode de pollution atmosphérique

Le Loir-et-Cher a été affecté par un épisode de pollution atmosphérique par particules en suspension (PM10). Cette pollution peut entraîner l’apparition ou l’aggravation de divers symptômes (allergies, asthme, irritation des voies respiratoires, effets cardio-pulmonaires, etc.), notamment chez les personnes les plus vulnérables. Consultez les recommandations de santé publique.

Publié le

Cet article a été initialement publié pour l’épisode du 25 février 2021. Il a été mis à jour pour les épisodes des 3 et 9 mars 2021.
Le texte est issu du communiqué de la
préfecture de Loir-et-Cher.

En raison des prévisions de dégradation de la qualité de l’air ambiant, indiquant un niveau élevé de PM10, la procédure d’alerte est activée pour l’ensemble du département, à compter de ce jour et jusqu’à demain minuit.

Cet épisode de polluton est imputable à la combinaison de conditons météorologiques favorables à l’accumulaton de polluants dans l’atmosphère. Les conditions météorologiques anticycloniques, que connaît actuellement la région Centre–Val-de-Loire avec la présence d’un vent de secteur sud, favorisent un import important de sable saharien sur la région engendrant des niveaux soutenus en particules PM 10.

La pollution atmosphérique a des effets sur la santé, même en dehors des épisodes de pollution. Toutefois, les pics de pollution peuvent entraîner l’apparition ou l’aggravation de divers symptômes (allergies, asthme, irritation des voies respiratoires, effets cardio-pulmonaires, etc.) notamment chez les personnes les plus vulnérables (les nourrissons et jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, asthmatiques, ou souffrant de pathologies cardiovasculaires ou respiratoires) et les personnes sensibles aux pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d’affectons neurologiques ou à risque cardiaque, etc.).

Il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison, etc.

Personnes vulnérables ou sensibles :

  • privilégiez des sortes plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • privilégiez les activités modérées ;
  • évitez les zones à fort trafic router, aux périodes de pointe ;
  • prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant ;
  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès du personnel professionnel de santé.

Population générale :

  • privilégiez des sortes plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • réduisez, voire reportez, les activités physiques et sportives intenses (qui obligent à respirer par la bouche), dont les compétitions ;
  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès du personnel professionnel de santé.
  • Suspendre l’utilisation d’appareils de combustion de biomasse non performants ou groupes électrogènes, en particulier évitez l’utilisation, en chauffage d’agrément, des cheminées à foyers ouverts ou des poêles et inserts anciens.
  • Reporter les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques (tondeuses, taille-haie, etc.).
  • Modérez la température de votre logement ou de votre lieu de travail.
  • Pour mémoire, le brûlage à l’air libre de déchet est interdit toute l’année. Cete pratque est sanctonnée. Apportez les déchets verts en déchèterie où ils pourront être recyclés ou valorisés.
  • Évitez l’utlisation de la voiture en solo en recourant aux transports en commun et au covoiturage. Sauf pour les personnes vulnérables ou sensibles à la pollution, l’usage du vélo ou la marche à pied ne sont pas déconseillés.
  • Les entreprises et administratons sont invitées à adapter les horaires de travail pour faciliter ces pratques.
  • Le recours au télétravail est également recommandé. Les entreprises et administrations ayant mis en place un PDE/PDA font application des mesures prévues.
  • Sur la route, adoptez une conduite souple et modérez votre vitesse.
  1. Secteur des transports
    • Reporter les essais moteurs des aéronefs dont l’objectif n’est pas d’entreprendre un vol.
    • Reporter les tours de piste d’entraînement des aéronefs, à l’exception de ceux réalisés dans le cadre d’une formation initiale.
  2. Secteur industriel
    • Utiliser les systèmes de dépollution renforcés.
    • Réduire les rejets atmosphériques, y compris par la baisse d’activité.
    • Reporter certaines opérations émettrices de COV : travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc.
    • Réduire l’utilisation de groupes électrogènes.
    • Pour les activités de production, soyez vigilantes et vigilants sur l’état de vos installations de combustion et sur le bon fonctionnement des dispositifs anti-pollution.
    • Réduire l’activité sur les chantiers générateurs de poussières comme la démolition ou les terrassements et recourir à des mesures compensatoires.
    • Reporter certaines opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote.
    • Reporter le démarrage d’unités à l’arrêt.
  3. Secteur agricole
    • Bâtiments d’élevage et serres : Vérifiez le bon fonctionnement de vos équipements de chauffage. Assurez-vous que les vérifications et entretiens périodiques ont été réalisés.
    • Recourir à des procédés d’épandage faiblement émeteurs d’ammoniac tel que l’utlisaton de rampes ou l’injecton. Le procédé d’épandage par buse-palette doit être réservé aux effluents peu chargés.
    • Reporter les épandages de fertilisants minéraux et organiques en tenant compte des contraintes déjà prévues.
    • Reporter les travaux du sol.
  1. Déplacements : La vitesse maximale autorisée sur les 2×2 voies est abaissée de 20 km/h, sans toutefois descendre en dessous de 90 km/h : 130 → 110 km/h (autoroutes, 110 → 90 km/h (voies rapides). Cette mesure est indiquée aux usagères et usagers de la route au travers des panneaux à messages variables (PMV), dans la mesure de leur disponibilité. Les contrôles de vitesse pourront être réalisés sur les axes concernés.
  2. Mesures générales : Les dérogations de brûlage à l’air libre des déchets verts sont suspendues, sauf pour le motif de sécurité publique.
  3. Secteur industriel : Les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) mettent en œuvre les dispositions prévues dans leur arrêté d’autorisation d’exploiter.
  4. Secteur agricole :
    • ​​​​​​​​​​​​​​La pratique de l’écobuage et les opérations de brûlage à l’air libre des résidus d’élagage sont proscrites, sauf pour le motif de sécurité publique.
    • L’enfouissement rapide des effluents sur sol nu est imposé.

Sources d’information complémentaires 

  • Pour prendre connaissance de l’évolution de l’épisode, rendez-vous sur le site de Lig’air.
  • Pour plus d’information sur les recommandations sanitaires, rendez-vous sur le site de l’ARS Centre–Val-de-Loire.